Nutanix muscle ses services cloud avec son projet Beacon

CTO de Nutanix, Manosiz Bhattacharyya a assuré l'animation de la seconde keynote de Next 2023 à Chicago. (Crédit Nutanix)

CTO de Nutanix, Manosiz Bhattacharyya a assuré l'animation de la seconde keynote de Next 2023 à Chicago. (Crédit Nutanix)

Lors de la seconde journée de ce Next 2023 à Chicago, les dirigeants de Nutanix ont mise en avant leurs solutions autour de Kubernetes, S3 et les bases de données en mode managé.

Avec le projet Beacon, une résurgence des annonces de clôture à EMCworld (Projet X) puis VMworld (projet Monterey ou Tanzu), Nutanix renoue avec une tradition bien établie dans l'industrie IT: la mise en avant d'une technologie prometteuse pour les clients, mais pas encore totalement finaliser au niveau des fonctionnalités, des performances et de la stabilité. Annoncé lors de la keynote de la convention Next 2023, à Chicago les 9 et 10 mai 2023, le projet Beacon apporte un data services à la carte dans un environnement hybride multicloud, pour reprendre la nomenclature du fournisseur. Aujourd'hui, le projet Beacon démarre avec NDB as a service et le support des cinq principales bases de données sur le marché selon Tobias Ternstrom, VP & GM Databases chez Nutanix : Oracle DB, Postgres, MySQL, SQL Server et MongoDB. On pense immédiatement à une relance de la plateforme ERA rebaptisée Nutanix Database Service (NDB), mais selon le dirigeant il s'agit de dépasser le simple cadre des bases de données pour aller vers une approche datacentric as a service et proposer de nouveaux services et consommables comme du streaming, du caching ou encore de l'indexation de contenu. « Nous délivrerons des services qui existent déjà sur notre place de marché, mais n'avons pas encore de timeline à proposer à nos clients. Cette approche est une demande de nos clients ».

Beacon est censé aller un peu plus loin que les bases de données, pour assurer la mise en oeuvre de ressources cloud natives en débordant sur S3 et Kubernetes via des opérateurs. Interrogé sur le support de bases de données particulièrement appréciées par les développeurs dans leurs projets cloud, Reddis, Spanner, Vitess ou Cassandra par exemple, Tobias Ternstrom ne s'engage pas, mais souligne que Redis est justement particulièrement bien adapté pour les projets de caching. Si Nutanix veut étendre son marché et séduire les entreprises travaillant en mode cloud native pour leurs futures applications, un support des bases de données taillées pour Kubernetes et les microservices est indispensable. Manosiz Bhattacharyya, CTO de Nutanix, et Thomas Cornely, SVP product management chez Nutanix, nous ont toutefois expliqué lors d'un entretien que l'intégration des bases de données appréciées par les codeurs était en cours sans donner plus de précision quant à la feuille de route. L'idée est de bâtir une série d'opérateurs Kubernetes capable de s'intégrer très finement à Nutanix Database Service pour provisionner des bases de données. Précisons que le projet Beacon est en mode early access auprès de certains clients, nous a expliqué Tobias Ternstrom, « nous allons proposer les composants au fil du temps ».



Si les principales distributions Kubernetes sont supportées par Nutanix, seul OpenShift et NKE sont certifiées.

Snapshots sur un store S3

L'autre axe de développement important pour le fournisseur de San José tourne autour de K8s, avec Nutanix Data Services for Kubernetes (NDK), afin d'apporter plus de fonctionnalités de stockage qu'avec le composant CSI de base. « Nous désirons simplifier l'accès des applications conteneurisées aux ressources de stockage », nous a expliqué Thomas Cornelly. Aujourd'hui, les pilotes CSI de base pour Kubernetes provisionnent et gèrent le stockage dédié aux conteneurs sans assurer des services comme la migration, la sauvegarde et la restauration des données. Avec NDK, le fournisseur avance une plateforme capable de gérer les opérations de protection, de récupération, de migration, de clonage et de gestion des données de copie pour les applications distribuées hébergés dans des pods Kubernetes. Nutanix supporte les principales distributions K8s du marché (EKS, GKE ou Rancher), seules OpenShift et NKE (Nutanix Kubernetes Engine) sont certifiées par défaut. Les développeurs peuvent bénéficier de capacités en libre-service pour gérer les services de stockage, tout en laissant aux équipes IT la possibilité de superviser leur consommation des ressources.



Si l'acronyme n'est pas très bien choisi, la solution MST vient aider les entreprises à sécuriser leurs snapshots. 

En complément, Nutanix introduit la technologie Multicloud Snapshot (MST) pour assurer des snapshots étendus aux plateformes objets compatibles avec le protocole S3. Jusqu'à présent, les instantanés étaient limités aux clusters Prism. Avec MST, les entreprises pourront réaliser des snapshots en local avec réplication dans n'importe quel store S3. Précisons toutefois que pour l'instant seul celui d'AWS est supporté pour commencer. Et, si le cluster d'origine n'est plus là, il est possible d'effectuer la récupération dans n'importe quel cluster Nutanix. Toujours dans le domaine du stockage, la solution Nutanix Objects Storage s'intègre désormais avec Snowflake afin de permettre aux entreprises de travailler avec Snowflake Data Cloud pour analyser leurs données stockées localement. Si NDK et MST sont en cours de développement. L'intégration de Nutanix Objects Storage et Snowflake est disponible dès aujourd'hui.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Des JO 2024 sous haute surveillance

Des JO 2024 sous haute surveillance

Dans moins de six mois s'ouvriront les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 d'été à Paris dans un contexte international très tendu, bien plus que pour les précédentes éditions....

Les meilleures alternatives à VMware

Les meilleures alternatives à VMware

Beaucoup d'informations et d'annonces sont venues perturber les DSI, les opérateurs IT et les partenaires de VMware depuis son rachat par Broadcom. Pour certains d'entre eux,...

Publicité