Patrons de PME et d'ETI : la confiance a disparu cet été

La Banque Palatine livre la 9ème édition de son baromètre (*) PME / ETI. Il montre un net regain de pessimisme des dirigeants d'entreprise, pessimisme lié à la situation mondiale plus qu'à celle de leur entreprise ou de leur secteur.

La crise est durable. C'est le 1er enseignement de cette étude. Pour 47% des dirigeants interrogés, la crise durera au moins jusqu'à fin 2012. 43% la voient se finir courant 2012, 7% seulement fin 2011. Ces dirigeants craignent avant tout , dans 48% des cas, la baisse de la consommation. Loin devant le cours des matières premières, qui inquiète 37% des répondants, ou même celle des faillites bancaires ou d'autres entreprises (24% d'inquiets). C'est donc le client particulier qui est au centre des préoccupations.  Et la situation générale  de l'économie qui inquiète.

Curieusement, les dirigeants interrogés sont moins inquiets pour leur entreprise et pour leur secteur que pour l'économie en général. 69% ont confiance dans l'entreprise sur les six mois à venir. Ils étaient 81% au mois de juin dernier, 81% également en avril, 84% en janvier. La chute est donc forte.  Concernant le secteur d'activité, et toujours sur six mois, les dirigeants sont confiants à 57%, contre 73% en juin, 74% en avril, 7% en janvier. Une chute  aussi forte qu'à la question précédente.

L'été a été meurtrier

Les points vraiment négatifs viennent de l'économie mondiale. 27% d'optimistes sur les six mois à venir, contre 51% en juin et 37% en avril, 38% en janvier. L'été a été meurtrier, comme le titre l'étude. Concernant l'économie française, la même tendance se retrouve, en plus violent, 22% de confiants, contre 57% en juin, 44 en avril, 44 également en janvier.

Autre paradoxe, si l'optimisme est en chute libre au passage de l'été, la reprise est réelle. Pour 52% des dirigeants, leur chiffrer d'affaires est supérieur à celui de 2010. 52% des dirigeants ont ce sentiment en septembre. Ils n'étaient que 41% sur le 1er semestre. Signe de cet optimisme, les dirigeants interrogés sont plus nombreux à envisager d'embaucher, 16%, que de réduire leurs effectifs, 7%.

Les priorités arrivent dans le même ordre qu'avant l'été. En tête (82%, avec  51% de très prioritaire et 31% d'assez prioritaire) la stratégie commerciale en baisse de 6 points par rapport à juin, ensuite les process de production (70% comme en juin), l'innovation (68% identique à juin).  Viennent ensuite : l'organisation interne, le positionnement sur les nouveaux marchés, le niveau des investissements, le recrutement de compétences, les nouvelles technologiques, le développement à l'international, les acquisitions.

(*) Ce Baromètre concerne les entreprises de 15 à 500 millions d'euros de CA annuel, il a été réalisé par l'Institut Opinion Way, du 29 août au 9 septembre, auprès de 300 dirigeants d'entreprise.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Zero Trust, ZTNA (Zero Trust Network Access) ou plus globalement SASE (Secure Access Service Edge), tous ces concepts ou modèles de cybersécurité inventés par les cabinets...

iPaaS : au coeur des convergences du SI

iPaaS : au coeur des convergences du SI

A l'heure où les données migrent de plus en plus dans le cloud public, les entreprises se doivent de contrôler leurs flux, de les préparer, de les intégrer et de les connecter...

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les datacenters des services providers, des opérateurs, mais aussi des entreprises cherchent en permanence à optimiser leurs infrastructures virtualisées pour les rendre plus...

Publicité