Scality lève 45 M€ pour muscler sa force commerciale

Le CEO de Scality, Jerome Lecat, explique vouloir étoffer ses équipes commerciales, notamment en France pour préparer une introduction en bourse d'ici 2017. (Crédit D.R)

Le CEO de Scality, Jerome Lecat, explique vouloir étoffer ses équipes commerciales, notamment en France pour préparer une introduction en bourse d'ici 2017. (Crédit D.R)

Une quatrième levée de fonds (45 M€) pour l'éditeur franco-américain Scality en vu d'accélérer son développement, qui passera par un renforcement du pôle commercial avant une introduction en bourse à l'horizon 2017.

Créé en 2009, Scality, spécialiste du stockage en mode objets, vient de lever 45 M€, principalement auprès du groupe japonais BroadBand Tower, fournisseur d'infrastructures réseaux, son partenaire depuis un an. Les actionnaires historiques (Menlo Ventures, Iris Capital, IDInvest, Galileo Partners, Omnes Capital ainsi que Bpifrance) sont également de la partie. « Les deux tiers » des 160 salariés de l'entreprise ont également participé à ce nouveau tour de table, a précisé l'entreprise dans un communiqué. La valorisation de la société, qui a levé 80 M€ depuis ses débuts a ainsi doublée en l'espace de deux ans.

Travailler avec le réseau de VAR de HP et Dell

Dans l'immédiat, cette manne permettra à la société « d'étoffer les équipes commerciales », explique Jérôme Lecat, CEO et co-fondateur de Scality. « Les profils commerciaux dans notre domaine se font rares, ils valent chères et on se les arrache. C'est un vrai challenge. » Le dirigeant explique que l'objectif est de donner encore un plus de nerf à la force commerciale de Scality. Elle devrait accueillir très prochainement des profils « plus en avance de phase, pour des ventes particulières qui s'étalent sur des mois. »

En terme de partenaires, Scality en compte une dizaine dans l'hexagone et ne ferme pas la porte à des recrutements. « De toute manière, 50 % de notre chiffre d'affaires a été apporté par nos partenaires HP et Dell depuis le début de l'année. C'est donc naturellement que nous travaillerons avec leurs réseaux de VAR ». Mais le « proud member of French Tech », comme le rappelle sa signature mail, ne s'y trompe pas. Le marché français a du potentiel avec une base de 500 prospects. « Nous avons 15 clients français, avec de très grosses entreprises comme Orange, Dailymotion, ou TF1. Nous avons signé 5 contrats l'an passé, avec Molotov TV par exemple, et nous souhaitons poursuivre cette dynamique. »

Cap sur l'Asie

Par ailleurs, la société réalise 90 % de son chiffre d'affaires à l'export et fournit ses solutions, notamment, au géant américain Comcast. « Le marché américain est nécessairement une priorité et représente 60 % de notre chiffre d'affaires, alors que l'Europe en représente 25 % et l'Asie 15 %. » La société présidée par Jérôme Lecat qui mise beaucoup sur l'Asie, a créé une filiale japonaise en début d'année, Scality KK (justement avec l'appui de l'investisseur BroadBand Tower) et ouvert un bureau à Singapour. Mais ses 80 clients se trouvent partout dans le monde, tout comme les opportunités du marché. « Que ce soit des opérateurs télécoms ou des acteurs du web en passant par des grands groupes. » Scality vise pour l'année prochaine une croissance globale de 100 %.

Avec son siège installé depuis 2010 à San Francisco, la société voit plus grand et vise maintenant une entrée en bourse d'ici 2017, certainement au Nasdaq, après avoir raté le coche de la vente à un grand fournisseur.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité