Altice prêt à vendre ses datacenters français et une partie de SFR

Altice planche sur la vente d'une part de SFR et son parc de datacenter en France. (Crédit Photo : Maxime Dufour/SFR)

Altice planche sur la vente d'une part de SFR et son parc de datacenter en France. (Crédit Photo : Maxime Dufour/SFR)

Selon la presse, Altice serait sur le point de céder à Morgan Stanley son parc de datacenters en France valorisée 1 Md€ environ. Le groupe aurait aussi mandaté certaines banques pour étudier la vente d'une partie du capital de SFR.

Après un été marqué par les déboires judiciaires de son bras droit, Armando Perreira, accusé de corruption, le patron d'Altice Patrick Drahi reprend la main sur la partie financière de son groupe. L'activité française doit rembourser certains prêts dont une premier tranche de 1,64 Md en 2025. Dans ce cadre, les Echos soulignent qu'Altice serait sur le point de céder son parc de datacenter en France à Morgan Stanley Infrastructure Partners (une division de la banque américaine). La valorisation de ce parc est estimé à un milliard d'euros.

Au fil du temps, Altice France avait rationalisé son parc de datacenters en passant de 96 à 92 avec notamment la cession du centre de Marseille à Interxion en 2014. Il avait aussi optimisé certains sites comme Trappes avec des structures modulaires. Des investissements avaient été menés par ailleurs pour étendre les capacités à Bordeaux, Courbevoie, Lyon-Vénissieux, Strasbourg et Val-de-Reuil.

La vente d'une part de SFR dans les tuyaux Si le rachat de l'activité datacenters en France est en bonne voie, Patrick Drahi pourrait aussi céder une partie dans SFR. Lors d'une discussion avec des investisseurs réunis à Londres, le dirigeant a répondu à une question en ce sens, « «est ce que le retrait de France est une option ? Aujourd'hui je suis en Angleterre, demain aux Etats-Unis et la semaine prochaine en Israël. [Donc] oui ». Selon le Monde, ce sujet est plus qu'une réflexion, car Altice aurait mandaté la banque d'affaires Lazard avec l'appui de BNP Paribas pour y travailler et trouver des investisseurs.

Deuxième opérateur français, SFR pourrait séduire des fonds d'investissements, mais également des concurrents. Sur ce dernier point, le retour à trois opérateurs pourraient ne pas être vu d'un bon oeil par les autorités de concurrence nationales et européennes. Une chose est sûre, SFR souffre d'une dette de 23,8 milliards d'euros au 30 juin.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Des JO 2024 sous haute surveillance

Des JO 2024 sous haute surveillance

Dans moins de six mois s'ouvriront les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 d'été à Paris dans un contexte international très tendu, bien plus que pour les précédentes éditions....

Les meilleures alternatives à VMware

Les meilleures alternatives à VMware

Beaucoup d'informations et d'annonces sont venues perturber les DSI, les opérateurs IT et les partenaires de VMware depuis son rachat par Broadcom. Pour certains d'entre eux,...

Publicité