Cheops Technology porte ses revenus annuels à 158 M€

Nicolas Leroy-Fleuriot, le PDG de Cheops Technology, prévoit que la nouvelle division cybersécurité du groupe représentera 20 % de son chiffre d'affaires d'ici deux ans. (Crédit photo : IT News Info)

Nicolas Leroy-Fleuriot, le PDG de Cheops Technology, prévoit que la nouvelle division cybersécurité du groupe représentera 20 % de son chiffre d'affaires d'ici deux ans. (Crédit photo : IT News Info)

Le groupe Cheops Technology affiche des ventes en hausse de plus de 15 % pour son exercice 2022-2023. Sa réorganisation et sa stratégie de croissance externe devraient lui permettre de dégager au moins 200 M€ lors de l'exercice en cours.

Cheops Technology a clôturé en avril son meilleur exercice fiscal des quatre dernières années. Sur 12 mois, le prestataire IT et fournisseur de services cloud a dégagé 158,13 M€ de chiffre d'affaires consolidé, soit 15,2 % de mieux que lors de l'exercice précédent. De leur côté, le résultat d'exploitation et le résultat net se sont respectivement élevés à 9 M€ (+2,2 %) et 7 M€ (+7,4 %). Il semble que DFi Service, la filiale Suisse du groupe, pèse sur sa rentabilité. Abstraction faite de son activité, le bénéfice d'exploitation de Cheops Technology monte à 10,3 M€ (+14,6 %) et le bénéfice net à 6,8 M€ (+15,6 %), pour 148,2 M€ (+15,5 %) de revenus. Ce bilan, explique le groupe bordelais, « vient définitivement clôturer plusieurs séquences, à savoir les dernières conséquences de la pandémie du Covid-19, la reprise en main du management et de l'organisation, et la cession avortée à un fonds d'investissement américain [Ndlr : pour 180 M€, selon Les Echos]. »

Création d'une division cybersécurité et d'une entité pour le HPC

Pour assurer sa croissance future, Cheops Technology suit désormais le plan stratégique « Horizon 2030 ». Révélé en juin dernier, il vise à faire du groupe l'une des références en France en matière de souveraineté et de cybersécurité. Une ambition qui a déjà amené la société à regrouper ses experts cyber, jusqu'alors répartis dans ses différentes entités hexagonales et sa filiale suisse DFi Service, au sein de la nouvelle division Cheops Cyberdéfense créée le 1er mai. Elle dispose actuellement d'un effectif de 50 personnes qui devrait avoir doublé d'ici la fin de l'année. En 2024, cela devrait être au tour d'une entité dédiée au calcul haute performance (HPC, high performance computing) de voir le jour. Son objectif est de proposer des solutions on-premise et de « HPC as a service », grâce au partenariat cultivé entre Cheops Technology et HPE.

Posant aussi la croissance externe comme pilier de développement, son nouveau plan stratégique a amené le groupe à faire l'acquisition de la société française SolutionData au début du mois d'octobre. Cette entreprise Occitane, fondée en 2007, est dotée d'un effectif de 65 collaborateurs répartis sur trois agences (Toulouse, Bordeaux et Lyon). Ils lui permettent de déployer une offre de conception, d'intégration, de déploiement et de maintenance de solutions de stockage, de virtualisation, de sauvegarde et d'archivage de données. Son rachat fait entrer 25,3 M€ de revenus supplémentaires dans le périmètre de l'acquéreur.

Un rachat en Suisse en cours de conclusion

Cheops Technology serait également en passe de racheter un acteur suisse de l'IT affichant environ 15 M€ de facturations. Ce qui explique d'ailleurs que le groupe soit en train de finaliser l'intégration de sa filiale suisse DFi Service, appelée à devenir officiellement Cheops Technology Switzerland, afin de commencer à marquer la consolidation du groupe dans toute l'Europe francophone.

En additionnant les activités des entreprises rachetées et à acquérir aux 7 % de croissance organique sur lesquels le groupe table pour l'exercice en cours, son prochain chiffre d'affaires annuel devrait atteindre au moins les 200 M€.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Des JO 2024 sous haute surveillance

Des JO 2024 sous haute surveillance

Dans moins de six mois s'ouvriront les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 d'été à Paris dans un contexte international très tendu, bien plus que pour les précédentes éditions....

Publicité