Cloudera arrive en France avec de grandes ambitions

Romain Picard a pris la direction de Cloudera pour la région EMEA. (crédit : LMI)

Romain Picard a pris la direction de Cloudera pour la région EMEA. (crédit : LMI)

Fondé en 2008, l'éditeur Cloudera spécialisé dans le big data au travers de sa distribution Hadoop a fait parler de lui au printemps dernier avec une levée de fonds record de plus de 900 millions de dollars. Il arrive en France avec la ferme intention d'être en production chez une dizaine de clients d'ici la fin de l'année. 

Cloudera ou l'histoire d'une véritable success story. Fondée en 2008 par plusieurs anciens de Google, Facebook, Yahoo et Oracle, l'éditeur spécialisé qui propose une distribution Hadoop en téléchargement gratuit met aujourd'hui le paquet pour assurer son décollage à l'international. Il faut dire que la société a depuis le printemps dernier les reins solides, avec l'annonce d'une levée de fonds monumentale de plus de 900 millions de dollars dont 748 en provenance d'Intel Capital.

Depuis, l'éditeur a multiplié les partenariats avec des intégrateurs, cabinets de conseil en technologie dont Capgemini, Accenture, CGI, Octo Technology, ou encore les éditeurs de BI comme IBM-Cognos, Tableau ou encore Qlik. Aujourd'hui, Cloudera peut s'appuyer sur un écosystème de 1 200 partenaires.

65% du marché revendiqué

Proposant en téléchargement gratuit sa propre distribution Hadoop (à l'image d'Hortonworks ou encore MapR), Cloudera veut plus que jamais jouer dans la cour des grands et s'imposer comme un éditeur incontournable du marché big data. Revendiquant 65% du marché en matière de distributions Open Source basée sur Hadoop, Cloudera compte un effectif de 700 personnes et prévoit d'ailleurs de nombreux recrutements pour accompagner son expansion internationale, en particulier en Europe et notamment en France.

« Le marché européen est le deuxième en importance pour Cloudera après l'Amérique du Nord. La France a une longue histoire en termes d'adoption de technologies et dispose de très bons développeurs logiciels, ce sont des éléments clés pour construire une équipe locale et générer de la croissance », a expliqué Kirk Dumm, COO de Cloudera en visite à Paris à l'occasion de l'officialisation de la présence de l'éditeur en France avec l'ouverture de son bureau français. De 3 personnes, le bureau compte plus que doubler ses effectifs d'ici la fin de l'année, avec des profils recherchés pour renforcer la partie commerciale, avant-ventes et assistance de l'éditeur.

SoLocal, SFR et Airbus sont déjà utilisateurs de Cloudera

Si Cloudera arrive seulement maintenant en France, il est cependant loin d'être en terre inconnue. En effet, les projets (tests, développements...) mais également les mises en production sont déjà en cours depuis de nombreux mois chez de nombreux clients. C'est par exemple le cas chez Solocal (anciennement PagesJaunes.fr) qui va passer Cloudera en production après deux ans de test pour permettre d'accéder en temps réel au chiffre d'affaires issu de ses annuaires. Ou encore de SFR qui utilise cette distribution Open Source Hadoop pour analyser le comportement de ses clients. A noter qu'Airbus fait également partie des premiers utilisateurs. Les ambitions de l'éditeur sont grandes, ce dernier pense en effet atteindre une dizaine de clients en production dès la fin de l'année en France, sachant qu'en Europe on en compte actuellement une cinquantaine dont 5 des plus grandes banques et 7 des plus grands opérateurs télécoms. Dans le monde, l'éditeur revendique 400 clients dont certains utilisent Cloudera dans des infrastructures big data atteignant jusqu'à 1 000 noeuds Hadoop pour plusieurs pétaoctets de données gérées.

A l'heure actuelle, la moitié du business est réalisé avec les partenaires et ce ratio n'est pas prêt de diminuer, au contraire. « Cloudera n'a pas vocation à devenir un groupe de services et notre principale activité est et restera l'édition de logiciels », a martelé Romain Picard, le directeur régional EMEA de Cloudera tout fraîchement nommé. L'éditeur articule son activité autour de trois activités : la formation (en partenariat avec Xebia en France), la souscription (location au nombre de noeuds Hadoop aussi bien en mode on-premise que cloud), ainsi que des services (aide au démarrage qui n'a pas vocation à durer dans le temps). La distribution Hadoop de Cloudera, qui s'articule autour des composants Navigator (gouvernance et chiffrement des données, issu du rachat de Gazzang) et Manager (gestion des noeuds), est par ailleurs revendu par Oracle dans sa Big Data Appliance et devrait l'être d'ici peu dans une solution big data SAP. Trois niveaux de souscription sont proposés : CDH (gratuit), Flex (support sur l'ensemble des composants) et Enterprise Data Hub (incluant l'ensemble des composants poussés par la communauté Cloudera et ses 86 contributeurs).

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité