Coup de frein sur la croissance en valeur du marché des serveurs

Le chiffre d'affaires des ventes de serveurs a chuté de près de 12% au deuxième trimestre 2019. C'est la fin d'une longue période de dynamisme au cours de laquelle il a connu des hausses parfois supérieures à 40%.

Après neuf trimestres consécutifs de croissance en revenus, le marché mondial des serveurs fait grise mine. Selon IDC, les facturations des fabricants ont reculé de 11,6% à 20 Md$ au deuxième trimestre 2019 par rapport à la même période un an plus tôt. Les volumes commercialisés se sont également réduits, baissant de 9,3% à un peu moins de 2,7 millions d'unités. Accentué par le fait que le secteur avait connu une progression sans précédent (+43,7%, selon IDC) entre avril et juin 2018, le repli en valeur constaté aujourd'hui tient aussi à d'autres facteurs. Notamment, à la demande plus faible des grands opérateurs de cloud public et des entreprises dotées de grands data centers ou, encore à un décalage dans le cycle de renouvellement habituellement bien réglé des serveurs non-X86.

Sur le segment des serveurs dits volumes, la décroissance du chiffre d'affaires a atteint 11,7% pour 16,3 Md$ de chiffre d'affaires généré. De son côté, le segment des serveurs de moyen de gamme accuse un recul de 4,6% à 2,4 Md$. Dans le même temps, les ventes de systèmes haut de gamme se sont contractées de 20,8% pour ne représenter qu'1,3 Md$. Sous un autre angle, IDC constate que les facturations issues des livraisons de serveurs X86 ont décru de 10,6% à 18,4 Md$, et celles des serveurs non-X86 de 21,5% à 1,6 Md$.

HPE refait une partie de son retard sur Dell

Dell Technologies, il n'est pas le seul, a considérablement pâti de la baisse globale du marché des serveurs en valeur. Son chiffre d'affaires s'est déprécié de 13% pour ne plus atteindre que 3,81 Md$. Le numéro du secteur ne perd, certes, que 0,3 point de part de marché à 19%, mais il permet surtout à HPE de refaire une partie de son retard sur lui. Forte d'une baisse de ses revenus limitée à 3,6%, la firme de Palo Alto a porté sa part de marché à 18% (+1,5 point). Une situation similaire s'est jouée entre les deux concurrents en termes de livraisons, permettant même à HPE de revenir à 1,5 point de part de marché de Dell, alors qu'un écart de 3,6 points les séparaient un an avant.

Finalement, à l'exception d'Inspur, tous les grands acteurs mondiaux du serveur ont accusé de fortes baisses de chiffres d'affaires et de livraisons. Le fournisseur chinois a totalement nagé à contrecourant en enregistrant 14,6% de livraisons supplémentaires et 32% de revenus additionnels. Il dispose désormais de 7,2% de part de marché en valeur. De quoi lui permettre de prendre la place de numéro trois mondial devant Lenovo et IBM.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité