Devoteam passe le milliard d'euros de revenus et pense déjà à doubler la mise

Emmanuel Lehmann, DG de Devoteam France et VP exécutif du groupe : « Depuis sa création en 1995, le groupe a pour spécificité d'identifier les vagues technologiques et de créer sur cette base des partenariats avec des éditeurs pour mettre en œuvre les changements structurels qui traversent le secteur IT. » Crédit photo : D.R.

Emmanuel Lehmann, DG de Devoteam France et VP exécutif du groupe : « Depuis sa création en 1995, le groupe a pour spécificité d'identifier les vagues technologiques et de créer sur cette base des partenariats avec des éditeurs pour mettre en œuvre les changements structurels qui traversent le secteur IT. » Crédit photo : D.R.

Porté par une croissance de 20 %, le chiffre d'affaires de Devoteam a dépassé de quelques dizaines de millions le seuil du milliard d'euros l'an dernier. La société de services et de conseil IT se donne cinq ans pour franchir celui des 2 Md€.

Objectif atteint pour Godefroy et Stanislas de Bentzmann. Comme ils l'avaient anticipé fin décembre 2021, au moment du retrait obligataire des actions de Devoteam à la bourse de Paris, l'entreprise qu'ils ont fondée a dépassé de quelques dizaines de millions le seuil du milliard d'euros de chiffre d'affaires en 2022. Un montant en hausse de 20% d'une année sur l'autre, dont 16 % correspondent à de la croissance organique. Le delta de 4 % est notamment issu des apports des rachats du portugais Integrity (juin 2021), du scandinave Cloudeon (septembre 2021) et du français Alfun (janvier 2022). Ces entreprises et les autres filiales du groupe de services et de conseil IT ont permis de dégager 100 M€ de résultat opérationnel au cours du dernier exercice.

45 % du CA et 65 % des bénéfices réalisés en France

En France, la hausse annuelle des facturations s'est située à +21,5 % (+15 % en organique). La part de l'Hexagone dans les revenus de Devoteam décroît d'année en année mais son marché domestique, où il emploie 4 000 personnes, représente encore 45 % des revenus du groupe et 65 % de ses bénéfices. Le reste de l'activité provient majoritairement des opérations dans la péninsule ibérique (2 300 personnes environ) et au Benelux. 

Le catalogue de prestations que Devoteam propose aux entreprises couvre six grands domaines, en commençant par celui des problématiques liées au cloud qui compte, selon la société, pour 60 % de ses facturations globales. S'y ajoutent les questions portant sur les données ; la cybersécurité ; la durabilité ; l'automatisation des processus d'entreprise ; la conception de produits et de services. « En 2022, la croissance a été surtout portée par la data et la cybersécurité », indique Emmanuel Lehmann, le directeur général de Devoteam France et vice-président exécutif du groupe. « Les années précédentes, les entreprises avaient beaucoup investi dans le cloud et dans le renouvellement de leurs actifs informatiques. En 2022, elles se sont concentrées sur l'optimisation de l'usage de ces nouvelles technologies », poursuit-il.

Développer de fortes expertises autour de partenariats stratégiques

Pour le dirigeant, la nouvelle dimension que prend Devoteam est le fruit d'une stratégie qui, sur le fond, ne date pas d'hier : « Depuis sa création en 1995, le groupe a pour spécificité d'identifier les vagues technologiques et de créer sur cette base des partenariats avec des éditeurs pour mettre en oeuvre les changements structurels qui traversent le secteur IT. » Dans la période récente, cette approche a amené la société de services et de conseil à nouer des partenariats forts avec AWS, Google Cloud, Microsoft, Salesforce et ServiceNow. « En 2021, ils nous ont tous reconnu partenaire de l'année en France, en grande partie grâce à nos niveaux élevés de certification sur leurs offres respectives. Nous allons renforcer nos expertises en recrutant près de 1 500 collaborateurs en 2023 et en accélérant notre élan de formation sur les Clouds et les plateformes les plus performantes avec pour objectif 70 % de consultants certifiés à l'horizon 2024 », explique Sébastien Chevrel, le  directeur général du groupe Devoteam.

Un turn-over supérieur à la moyenne

L'enjeu de la formation est primordial pour servir la nouvelle ambition de la société de services, à savoir la réalisation d'un chiffre d'affaires de 2 Md€ d'ici cinq ans. Il n'est toutefois pas le seul, l'arrivée de nouveaux collaborateurs étant l'un des autres piliers de la croissance de l'entreprise. Affichant un turn-over d'environ 31% - un chiffre plus élevé que la moyenne -, elle a effectué 450 recrutements nets en France l'an dernier et aurait pu aller jusqu'à près de 700 si le marché de l'emploi n'avait pas été aussi tendu. Le travail à distance offre néanmoins la possibilité d'atténuer cette difficulté en facilitant des recrutements de compétences dans les pays de l'Est, le Maghreb ou encore l'Amérique Latine.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Des JO 2024 sous haute surveillance

Des JO 2024 sous haute surveillance

Dans moins de six mois s'ouvriront les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 d'été à Paris dans un contexte international très tendu, bien plus que pour les précédentes éditions....

Publicité