Ingram Micro rachète la solution d'orchestration d'Odin

Carl Alloin, directeur exécutif Europe d'Ingram Micro : « Ingram Micro a une vraie volonté de maîtriser son outils de diffusion de services cloud. »

Carl Alloin, directeur exécutif Europe d'Ingram Micro : « Ingram Micro a une vraie volonté de maîtriser son outils de diffusion de services cloud. »

Le grossiste Ingram Micro acquiert la technologie d'Odin grâce à laquelle il a lancé sa place de marché de services cloud cette année.

Ingram Micro est bien décidé à maîtriser tous les aspects de sa place de marché de services cloud et ses prochaines évolutions. Ce 2 décembre, le grossiste a en effet annoncé le rachat des actifs d'Odin, une business unit de Parrallels qui constitue un important pan de l'activité de cet éditeur américain. Odin développe Service Automation, une solution d'orchestration des offres et des prestations de services cloud. C'est sur la base de cette technologie qu'Ingram Micro a lancé la plate-forme à travers laquelle il permet à ses revendeurs de délivrer à leurs clients les offres SaaS et IaaS de divers fournisseurs. Outre la solution d'Odin, le grossiste acquiert aussi sa marque, ses technologies de gestion dans le cloud et les droits de propriété intellectuelle associés.

« Cette opération va nous donner beaucoup plus de contrôle sur la roadmap de Service Automation et sur les amélioration qui doivent être apportés. Le but final étant que notre place de marché soit toujours plus performante », explique Carl Alloin, le directeur exécutif Europe d'Ingram Micro. En outre, le grossiste espère pouvoir accélérer le lancement de nouveaux services, fort des 500 salariés d'Odin qu'il reprend, dont une bonne moitié est constituée d'ingénieurs.

Une source potentielle de nouveaux clients pour Ingram

Au sein d'Ingram Micro, la vocation d'Odin ne sera pas uniquement de servir les intérêts de son nouveau propriétaire. La business unit de Parrallels fournit aussi sa technologie à 280 opérateurs et plus de 4000 hébergeurs que le grossiste compte continuer de servir. Mieux encore, Ingram Micro voit en eux un vivier potentiel de clients pour son activité de distributeur. « Il est tout à fait envisageable qu'un client d'Odin qui souhaiterait intégrer une offre de sauvegarde à sa plate-forme de services cloud s'adresse à Ingram pour lui fournir celle d'un éditeur que nous distribuons », explique Carl Alloin, à titre d'exemple.

En faisant l'acquisition d'Odin, Ingram Micro frappe un grand coup. Désormais, il est, à notre connaissance, le seul grossiste de son envergure à maîtriser la technologie de sa propre place de marché cloud. Une position qui devrait lui donner un avantage sur ses concurrents. Au début de l'année, Ingram Micro avait déjà fait un premier pas dans l'approfondissement de ses compétences techniques pour la commercialisation de services cloud en rachetant SofCloudIT. Les 75 ingénieurs de cette société espagnole sont spécialisés dans le développement d'API permettant de connecter des services SaaS et IaaS à des places de marché telles que celle d'Ingram Micro.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité