Les nouvelles technologies sur lesquelles travaille la R&D de Microsoft

La plateforme cloud Azure tire l'agenda technologique de Microsoft, sur le quantique et sur le stockage, ainsi que l'expose Mark Russinovich, CTO de l'activité. (Crédit : Microsoft)

La plateforme cloud Azure tire l'agenda technologique de Microsoft, sur le quantique et sur le stockage, ainsi que l'expose Mark Russinovich, CTO de l'activité. (Crédit : Microsoft)

Lors de son déplacement à Sydney, début avril, pour le lancement de la nouvelle région Australia Central (Canberra) d'Azure, Mark Russinovich, CTO de Microsoft Azure a évoqué certaines des nouvelles technologies comme l'informatique quantique, la sécurité et le stockage haute performance dans lesquelles investit Microsoft.

En déplacement en Australie, pour l'ouverture des régions Azure locales, le CTO de Microsoft Azure Mark Russinovich a indiqué que l'entreprise était prête à créer des applications d'infrastructure critique sur sa plate-forme et qu'elle se concentrait avec enthousiasme sur de nouvelles technologies. C'est le cas en particulier de l'informatique quantique. Comme l'a révélé le CTO, la firme travaille sur une topologie qubit 100 fois plus stable que les types de qubits actuellement utilisés par les entreprises. Un qubit est une unité d'information quantique. Utilisé dans les systèmes quantiques, c'est le pendant quantique du bit binaire classique.

Depuis l'an dernier, Microsoft a intensifié ses partenariats de recherche un peu partout dans le monde. « Cela signifie que nous serons en mesure de créer des ordinateurs quantiques avec des milliers de qubits et de les faire fonctionner très efficacement », a déclaré M. Russinovich. Au mois de décembre, Microsoft a offert aux développeurs un aperçu gratuit de son kit de développement de logiciels quantiques (SDK). « Nous voulons préparer le marché à fournir de l'informatique quantique. Un grand nombre de clients travaillent déjà avec nous sur des résolutions de problèmes concrets et commencent à les cartographier en algorithmique quantique dans le langage Q# (q-sharp) », a encore déclaré le CTO.

Stockage : réduire les coûts via Pelican, archiver sur quartz

Microsoft cherche également à réduire les volumes de stockage nécessaires au stockage des données, pour le rendre plus économique. Mark Russinovich a déclaré que la firme de Redmond n'était pas totalement satisfaite d'Azure Archival Storage, un mode stockage basé sur bandes magnétiques. Il a évoqué une technologie sur disque de Microsoft dénommée Pelican. « La raison pour laquelle nous investissons dans ce projet, c'est que les systèmes à bandes coûtent assez cher et ont besoin d'une infrastructure spéciale dans un datacenter, de sorte qu'ils ne sont pas toujours économiques », a-t-il ajouté. « La grande originalité de Pelican, c'est que le nombre de serveurs de calcul est peu élevé et que les disques ne peuvent pas tourner en même temps parce qu'ils consomment trop de puissance. Donc, le planificateur de tâches qui tourne dans ces ordinateurs va, en fonction des besoins d'accès aux données, faire tourner les disques appropriés et en mettre d'autres au repos pour maintenir la consommation en dessous d'un certain seuil. Ce mode de fonctionnement augmente la latence de l'accès aux données, et elle permet de stocker des quantités massives de données très efficacement en réduisant significativement la consommation d'énergie », a-t-il encore expliqué.

Microsoft s'intéresse également beaucoup au stockage d'archives. Dans son projet baptisé Silica, elle utilise des lasers femtosecondes (un quadrillionième de seconde) pour stocker des données sur du quartz. La technologie permet de stocker 50 téraoctets de données sur une feuille de verre de 25 mm. « Le grand avantage du verre, c'est que, contrairement aux bandes, aux DVD ou aux SSD qu'il faut renouveler régulièrement, les données gravées ne s'altèrent pas », a-t-il déclaré. « Le verre n'a pas été utilisé jusqu'à présent, car il était très difficile d'écrire des données de manière efficace sur ce support. Si l'on n'utilise pas la bonne impulsion, le rayon laser peut fissurer le verre ».

Une premier aperçu d'une solution de Trusted Computing

Autre domaine technologique évoqué par Mark Russinovich : celui de l'informatique de confiance ou Trusted Computing (TC). Au mois de septembre, Microsoft a annoncé un aperçu limité de son « enclave » de confiance. Comme l'a expliqué le CTO, c'est une sorte de boîte noire protégée de tout accès extérieur, y compris de Microsoft, dans laquelle les entreprises peuvent stocker leurs données. « La boîte est cryptée au niveau du processeur et rien ne peut l'altérer », a déclaré le CTO. « Ces données sont également protégées contre toute une série de menaces. Les logiciels malveillants qui s'infiltrent dans l'infrastructure ne peuvent pas accéder aux données et si les autorités gouvernementales veulent y avoir accès, nous ne pourrions pas techniquement leur fournir cet accès, même si nous voulions nous conformer aux règlements gouvernementaux. C'est la pierre angulaire de l'informatique de confiance et nous allons l'intégrer dans nos services logiciels », a-t-il déclaré.

Ajouter un commentaire
1
Commentaires

Entrepreneur Le CTO Microsoft qui utilise un PC avec une pomme dessus, c'est fort ! Il veut se faire virer ?

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité