Menaces sur les PC de HP : qu'en pensez-vous ? Qu'en attendez-vous ?

Si l'échelle de Richter existait pour les séismes informatiques, la refonte des activités de HP atteindrait le sommet. Comment est perçue cette onde de choc par les partenaires français, en veulent-ils à HP, par exemple pour sa communication ? Leurs réponses  en 7 questions.

Etes-vous surpris ?

« Nous n'avions pas d'informations en ce sens » souligne Gilles Perrot, directeur général de l'intégrateur Quadria. « Evidemment, nous avons connu des cas semblables, on pense au retrait de NEC ou à celui d'IBM. Mais ces cas étaient différents. NEC, par exemple, n'avait pas réussi à pérenniser sa présence sur le marché des PC, où ses positions étaient trop faibles. La grande différence dans le cas de HP, c'est la taille, HP est tout de même n°1 mondial en PC et en imprimantes. Je suis donc d'abord surpris par l'ampleur de cette annonce ».

« Il ne faut pas croire que leur stratégie vient de se décider, nous rappelle Jack Mandard, P-dg du cabinet Compubase. «Leur réflexion est engagée depuis 2005 ». Elle est antérieure à l'arrivée (fin septembre 2010) du nouveau P-dg Léo Apotheker, qui a apporté sa vision, et s'est glissé dans le cadre initialement tracé. Et Jack Mandard de souligner que Léo Apotheker garde de son expérience chez SAP un raisonnement basé sur la marge et pas sur le CA, que le retrait d'IBM des PC (au profit de Lénovo) a été une réussite, que la valorisation boursière ne suit pas celle du marché, en clair HP est sous valorisé. Trois raisons de fond qui expliquent le virage de HP.

La communication de HP est-elle bonne ?

Réponse unanime : oui ! « J'étais ce matin (mardi 23) à 8h dans le bureau de la dg de PSG France, elle vient dans nos locaux lundi prochain » lance Bruno Barat directeur général de ETC Métrologie. « Le business c'est des  hommes et des femmes, il faut se parler et vite. Après, à mon avis, ils ont un mois difficile à passer. J'ai circulé dans les bureaux de la division PSG aux Ulis, je n'ai vu personne d'abattu, pas de gens euphoriques non plus, mais concentrés, il y a un passage délicat à opérer ».

« La communication de la division PSG en France est remarquable », insiste Philippe Goullioud, directeur général de la division Products and Solutions d'Econocom. Il nous répète le mot « remarquable » quatre fois en quatre minutes. Et cite des responsables de HP PSG France qui appellent depuis leurs lieux de vacances pour informer et rassurer.

La direction monde de HP PSG (en l'occurrence Todd Bradley executive vice-président) a envoyé une lettre aux principaux partenaires leur expliquant que HP ne se séparait pas brutalement de 42 milliards de dollars (le CA de la  division PSG), mais engageait une réflexion pour dégager une « alternative stratégique » à cette activité. Que recouvre exactement cette « alternative stratégique », c'est le mystère qui tient en haleine tout le monde. Filialisation ? Spin off ? Vente de PSG ? Nul ne sait, beaucoup en parlent. « Le problème est aussi là, relève Bruno Barrat, les forums et internet en général s'emparent de ce sujet et risquent de brouiller le message de HP ».

Les précédents sont-ils probants ?

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les datacenters des services providers, des opérateurs, mais aussi des entreprises cherchent en permanence à optimiser leurs infrastructures virtualisées pour les rendre plus...

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité