Ouverture du procès Apple/Samsung sur la violation des brevets

Aujourd'hui s'ouvre le procès pour violation de brevets opposant Apple à Samsung. Un procès d'une envergure jamais atteinte en termes de contrefaçon mais qui ne fait que s'ajouter à la longue liste des litiges entre les 2 géants.

Le plus grand procès jamais organisé aux Etats Unis sur des brevets a commencé aujourd'hui à San José en Californie. Le verdict s'annonce d'une importance capitale. Alors que les deux géants de l'électronique s'accusent mutuellement d'avoir violé un certain nombre de brevets relatifs aux smartphones et aux tablettes, la marque à la pomme, preuve à l'appui, va tenter de prouver que son rival sud-coréen à copié certains points de design de ses produits et que ces similarités sont loin d'être dues au hasard.

Parmi les preuves déposées par Apple au tribunal, un prototype d'iPhone développé en 2006 et ressemblant étrangement à l'iPhone 4, en vente depuis 2010, mais aussi l'un des prototypes d'iPad, qui porte l'étiquette "X9 N ° 4". Celui-ci est présenté sur les schémas avec une béquille fixée à l'arrière de l'unité alors qu'un deuxième document le montre sans le socle mais avec une cavité sur l'arrière de la coque qui aurait très probablement du servir à accueillir le stand lors de son repli.

Une bataille d'arguments en tous genres

Lors de ce procès, le principal angle d'attaque de la firme de Cupertino consistera à affirmer que Samsung a voulu profiter de l'intérêt créer par les smartphones et les tablettes de la firme américaine. Selon Apple, Samsung aurait, grâce à ces brevets, augmenté considérablement les ventes de ses smartphones, entraînant un manque à gagner de plusieurs centaine de millions de dollars pour la firme de Cupertino.

De son côté, Samsung se défend vigoureusement et clame s'être lancé dans les communications il y a plus de 20 ans. Le sud-coréen affirme que la marque à la pomme n'aurait jamais pu vendre un seul iPhone sans les bénéfices de ses technologies brevetées. Samsung contre-attaque même et accuse à son tour Apple du viol de 5 de ses brevets dont deux concernant la technologie 3G. Le coréen compte d'ailleurs apporter un certain nombre de documents qui prouveraient qu'un smartphone rectangulaire aux coins arrondis possédant un écran large et un unique bouton était prévu bien avant la sortie du premier iPhone.
Selon Samsung, Apple aurait en outre trouvé son inspiration chez deux designers de Sony qui, dans une interview, auraient fait l'apologie d'un appareil minimaliste et sans fioritures.
Samsung explique qu'un document interne d'Apple comportant des dessins avec le logo de Sony le prouvent.

Un enjeu crucial

Malgré une collaboration de longue date entre Apple et Samsung, notamment pour l'achat de composants électroniques pour les smartphones de la firme américaine, aucun accord n'a pu être trouvé malgré les efforts déployés par les juges pour que les deux patrons s'entendent. Aujourd'hui, un accord avant la tombée du verdict paraît impossible. La firme à la pomme réclame plus de 2,5 milliards de dollars à son rival Samsung pour manque à gagner et plus de 25 millions de dollars pour la licence des brevets. Les produits de la gamme Galaxy du sud-coréen pourraient en outre être interdits de vente sur le sol américain. De son côté, Samsung demande une redevance de 2,4% sur chaque iPhone et iPad 3G vendus avec la technologie 3G.

Ensemble, les deux géants fournissent plus de la moitié des smartphones dans le monde.
L'enjeu est crucial : la paternité des smartphones et tablettes du futur et surtout l'image de marque liée à l'innovation. Le procès devrait durer au moins quatre semaines.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité