Première puce gravée en 7 nm chez IBM

La puce Power10 est le fruit d'un partenariat avec Samsung et les premiers systèmes sont attendus en 2021. (Crédit Photo : IBM)

La puce Power10 est le fruit d'un partenariat avec Samsung et les premiers systèmes sont attendus en 2021. (Crédit Photo : IBM)

A l'occasion d'une conférence, Big Blue lance sa dernière puce, Power10. Plus performante et moins énergivore que la précédente, elle est la première à être gravée en 7 nm.

La gamme de processeurs Power d'IBM comprend un nouvel arrivant : Power 10. La puce a été présentée lors de l'évènement « Hot Chips 2020 ». Fruit d'un travail de 5 ans, elle a la particularité d'être la première gravée en 7 nanomètres en partenariat avec Samsung. Si la commercialisation n'est pas attendue avant le second semestre 2021, IBM a levé le voile sur quelques aspects techniques de cette offre pour serveur.

Chaque puce fabriquée par Samsung contient 18 milliards de transistors dans un die de 602 mm2 et jusqu'à 15 coeurs qui peuvent être utilisés pour le calcul. Chaque coeur peut exécuter jusqu'à huit threads simultanément (SMT8), et il est cadencé à 4 GHz environ.  Les configurations techniques des puces Power10 promettent des bonnes performances. (Crédit Photo : IBM)

Chacun de ces processeurs 64 bits dispose de 120 Mo de cache L3 et prend en charge PCIe 5 à 32 GT/s, l'interface mémoire ouverte (OMI) à 1 To/s et l'interconnexion PowerAxon d'IBM pour ajouter des accélérateurs OpenCAPI, des E/S et plus de mémoire.

Un renforcement de la sécurité


La consommation énergétique du Power10 est maîtrisée et IBM met l'accent sur la sécurité en offrant un chiffrement matériel de la mémoire. Ce dernier est amélioré grâce aux derniers coeurs AES et au support des techniques de chiffrement homomorphique. La puce comprend également une protection matérielle et une isolation renforcée pour les conteneurs, afin d'éviter la propagation d'une intrusion à d'autres conteneurs. Toujours sur le plan de la sécurité, Power10 est doté d'un contrôle dynamique de l'exécution du registre.

Pour être complet, la puce est livrée avec la fonction « memory inception », autorisant tout système basé sur Power 10 dans un cluster à partager la mémoire avec d'autres systèmes. Autant d'éléments techniques qui font dire à IBM que sa dernière puce promet des performances de 10 à 20 fois supérieures au Power9 pour les travaux d'intelligence artificielle. Enfin, Big Blue n'oublie pas l'ouverture de son écosystème Power, via la Fondation OpenPower (250 membres dont Google, Mellanox et Tyan sont membres). Les licences et les modifications sont possibles sur les Power10. Il faudra maintenant attendre l'année prochaine pour voir les premiers serveurs équipés de cette puce.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les datacenters des services providers, des opérateurs, mais aussi des entreprises cherchent en permanence à optimiser leurs infrastructures virtualisées pour les rendre plus...

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité