Radeon RX Vega 64 : AMD engage son bras de fer avec la GTX 1080 de Nvidia

Raja Koduri,le responsable des architectures graphiques d'AMD avait présenté les Vega il y a quelques mois. (crédit photo : Gordon Mah Ung)

Raja Koduri,le responsable des architectures graphiques d'AMD avait présenté les Vega il y a quelques mois. (crédit photo : Gordon Mah Ung)

Après de longs mois d'attente, AMD a fini par mettre sur le marché ses cartes graphiques Radeon RX Vega 56 et 64. La firme fonde de grands espoirs sur ces derniers produits pour revenir sur le marché haut de gamme. 

près ses processeurs Ryzen 3 lancés la semaine passée, AMD vient de commercialiser ses cartes graphiques Radeon RX Vega 56 et 64 et Radeon RX Vega 56. La première, proposée à 499$ HT aux Etats-Unis (elles ne sont pas encore référencées sur les sites marchands français) est pourvue de 64 unités de calcul graphique pour 4096 processeurs de flux. Ils sont secondés de 8 Go de mémoire HBM2 pour délivrer une bande passante de 484 Go/s. Cadencé à 1,247 MHz, la RX 64 peut bénéficier d'un boost à 1,546 MHz et ainsi afficher des performances de 12,66 Tflops. 

Radeon RX Vega 64
Les différentes Radeon RX Vega 64 embarque toutes les mêmes composants. Seule la version refroidie par liquide (à droite) diffère par sa fréquence plus élevée (crédit photo : AMD). 

A noter qu'une version « Liquid Cooler Edition » commercialisée à 699$ reprenant les mêmes composants est capable de monter jusqu'à 1,677 MHz en boost (1,406 MHz en fréquence de base). Elle est ainsi créditée d'une performance de calcul de 13,7 Tflops.

Radeon RX Vega 64 watercoolée
La Radeon RX Vega 64 refroidie par eau est commercialisée à 699$ HT. (crédit photo : Gordon Mah Ung)

La Radeon RX Vega 56 embarque quant à elle 56 unités de calcul pour 3584 processeurs de flux. Dotée comme sa grande soeur de 8 Go de mémoire HBM2, elle délivre 410 Go/s de bande passante. Pourvue d'une fréquence de base de 1,156 MHz, elle peut monter jusqu'à 1,471 MHz en boost pour une performance de 10,5 Tflops.

Au delà des performances de calcul appréciables, AMD a également apporté un soin tout particulier à la consommation énergétique de ses cartes graphiques. Ainsi, la RX Vega 56 devrait se contenter de 210 watts pour fonctionner tandis que la RX Vega 64 demandera une puissance de 290 watts (350 watts pour la version refroidie par liquide). Les trois Radeon RX Vega 64 que nos confrères de PCWorld ont eu entre les mains étaient pourvus de deux connecteurs 8 broches pour l'alimentation. Les RX Vega 56 étant basées sur la même carte, elles devraient bénéficier du même équipement. Mais pour un GPU annoncé avec une consommation de 210 watts, c'est un peu superficiel.

Les Radeon Vega sont côté de deux branchement 8 broches pour l'alimentation.
Bien que les consommations énergétiques varient d'un modèle à l'autre, ils nécessitent tous l'utilisation de deux connecteurs 8 broches pour l'alimentation (crédit photo : Gordon Mah Ung). 

Du côté des performances en jeu, AMD n'a pas révélé les résultats complets de ses cartes Vega sur les différents bancs d'essai. Toutefois, certains tests réalisés précédemment par la firme laisse présager que les RX Vega 64 pourront jouer des coudes avec les GeForce GTX 1080 de Nvidia. Sur un écran de 3440x1440 pixels, la firme annonce que les jeux tourneront avec un taux de rafraichissement compris entre 53 et 76 images/s avec les graphismes au maximum. Du côté de Nvidia, sa carte haut de gamme est capable de monter jusqu'à 78 FPS pour la même configuration avec une performance minimale de 45 FPS.

GPU Vega contre Fiji
Les ancienne puces Fiji (à droite) étaient pourvues de quatre emplacement de 1 Go de mémoire HBM2. Les Vega en possède deux de 4 Go. (crédit photo : Gordon Mah Ung)

AMD a également a ainsi assuré que plus de 100 jeux pourront tourner en 4K à plus de 60 FPS, ce que la GTX 1080 fait sans soucis. Si la firme n'aura donc pas l'argument de la performance pour battre Nvidia, elle devrait comme d'habitude miser sur celui du prix avec des produits qui sont donc proposés une centaine de dollars moins chers. Reste encore à assurer du coté des pilotes de cartes graphiques qui ont toujours été le gros point noir d'AMD. Les Catalyst de sinistre mémoire et les problèmes de refroidissement ont marqué les esprits de tous ceux qui sont passés sans regrets à Nvidia. 

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

UEM, une plateforme pour les gérer tous

UEM, une plateforme pour les gérer tous

Successeurs des solutions MDM (Mobile Devices Management), les plateformes UEM (Unified Endpoint Management) visent à gérer tous les appareils et postes de travail de l'entreprise...

Publicité