Ricoh lance son premier système de visioconférence

Le fabricant de systèmes d'impression entre sur le marché français de la visioconférence en lançant le P3000. En plus du tarif du matériel, les clients devront s'acquitter d'un coût supplémentaire d'interconnexion pour faire usage de la solution.

Déjà commercialisé par Ricoh au Japon depuis un an, le système UCS P3000 arrive dans le portefeuille d'offres de sa filiale française. Premier système de visioconférence jamais proposé par la marque dans l'Hexagone, sa promotion est tout particulièrement assurée par sa division Solutions et IT Services qui dispose d'une large force de vente directe. Loin d'être cantonnée à la vente des solutions bureautiques de Ricoh, cette division a également étendu son champ d'action à la diffusion de logiciels pour systèmes d'impression (GED, OCR...) et à la fourniture de systèmes d'information traditionnels. « Le P3000 nous permet d'élargir le catalogue que nous proposons déjà, en complétant tout particulièrement notre offre de vidéoprojecteurs », explique Thomas Collins, le directeur de la division Solutions et IT Services de Ricoh France.

Une solution matérielle associée à un service de mise en relation

Destiné aux PME comme aux grands comptes, le nouveau produit se présente sous la forme d'un boîtier doté d'un bras articulé qui porte la caméra intégrée au système. Les communications qui sont établies par son biais sont chiffrées et centralisées sur les serveurs de Ricoh qui assurent les interconnexions entre les différents participants aux visioconférences. Un service de mise en relation que le fabricant facture 150 € par mois (pour un usage illimité) auxquels viennent s'ajouter les 1650 € que coûte le boîtier. « Nous proposerons rapidement une facturation à la communication pour les clients qui le souhaitent », indique Thomas Collins. D'ici un an environ, le fabricant lèvera une autre limitation qui pèse actuellement sur son offre, à savoir le fait que le P3000 ne peut actuellement communiquer qu'avec d'autres P3000.

Un modèle économique proche de celui des bureauticiens

Tel qu'il a été conçu, le modèle économique qui entoure le P3000 est semblable à celui qu'exploite le réseau de revendeurs bureautiques de Ricoh. Ceux-ci sont en effet coutumiers du fait de vendre un produit (en l'occurrence un système d'impression) associé à un service qui offre une rémunération récurrente (le plus souvent un contrat de coût à la page). Or, si le lancement du P3000 est tout particulièrement porté par les forces de ventes directes de Ricoh, ce dernier est tout à fait ouvert à associer ses revendeurs à la commercialisation de son offre de visioconférence. « D'autant que la revente du P3000 ne demande pas de formation particulière », précise Thomas Collins. Attention toutefois, les revendeurs désireux de revendre le nouveau produit seront tenus de pratiquer un prix public équivalent à celui proposé par les forces de ventes directes de la division Solutions et IT Service de Ricoh. Leur marge sera donc dictée par le prix préférentiel que leur concédera Ricoh.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Le Zero Trust, un modèle à explorer

Zero Trust, ZTNA (Zero Trust Network Access) ou plus globalement SASE (Secure Access Service Edge), tous ces concepts ou modèles de cybersécurité inventés par les cabinets...

iPaaS : au coeur des convergences du SI

iPaaS : au coeur des convergences du SI

A l'heure où les données migrent de plus en plus dans le cloud public, les entreprises se doivent de contrôler leurs flux, de les préparer, de les intégrer et de les connecter...

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les accélérateurs viennent booster les datacenters

Les datacenters des services providers, des opérateurs, mais aussi des entreprises cherchent en permanence à optimiser leurs infrastructures virtualisées pour les rendre plus...

Publicité