Corelia devient le second bras armé de Ricoh France dans les services IT

Elie Choukroun, président de Ricoh France : « Au Japon, où la mutation du groupe Ricoh est faite, 50 % de ses revenus proviennent des services IT. » Crédit photo : D.R.

Elie Choukroun, président de Ricoh France : « Au Japon, où la mutation du groupe Ricoh est faite, 50 % de ses revenus proviennent des services IT. » Crédit photo : D.R.

Deux ans après le rachat du groupe MTI et de sa filiale hexagonale, Ricoh renforce sa présence sur le marché français des services IT en prenant le contrôle de l'ESN Corelia. Cette dernière restera indépendante tout en profitant de l'appui des forces de ventes du fabricant pour proposer ses prestations auprès des 50 000 clients dont celui-ci dispose dans l'Hexagone.

Le japonais Ricoh traduit de nouveau dans les actes sa volonté de devenir un acteur qui compte sur le marché des services IT partout où il opère dans le monde. Au début du mois de janvier, la filiale française du fabricant de copieurs a racheté la société Corelia (ex-D.Fi), une ESN francilienne qui possède huit agences (Nantes, Bordeaux, Toulouse, Lyon, Lille, notamment) et deux filiales au Maroc et en Egypte. Dirigée par Thomas Meunier depuis 2014, cette société a dégagé 42 M€ de chiffre d'affaires en 2021 (53 % en services, 47 % en négoce) et compte 220 collaborateurs servant quelques 350 clients.

Corelia est le premier prestataire IT français racheté par Ricoh. Mais, il est loin d'être le seul de sa catégorie dont le groupe a pris le contrôle en Europe dans le cadre de sa mutation en « Digital Services Company ». Le groupe a déjà fait l'acquisition du polonais SimplicITy (septembre 2020), du néerlandais Avantage en mars 2021 et du britannique MTI (octobre 2020). Outre une filiale en Allemagne, ce dernier en possède aussi une dans l'Hexagone qui fut la première à donner à Ricoh une véritable place sur le marché français des services informatiques.

La baisse du marché de l'impression impose une diversification

Plus ou moins avancé en fonction des territoires, le mouvement mondial de diversification que le groupe a entamé il y a plus de 10 ans doit lui permettre de faire face à la perte de dynamisme toujours plus marquée du marché de l'impression. Rien qu'en France, deux tiers des PME tablent sur une baisse du nombre de documents qu'elles impriment dans les trois prochaines années, selon IDC et le SNESSII. Un recul qui pourra aller au-delà d'un volume de 25 % pour 38 % d'entre elles. Autant dire que cela ne présage rien de bon pour les activités de maintenance de copieurs et les ventes de consommables. « Au Japon, où la mutation du groupe est faite, 50 % de ses revenus proviennent des services IT », indique Elie Choukroun, le président de Ricoh France.

Présente sur le marché des infrastructures, mais de façon moins marquée que MTI, Corelia propose de services de migration vers  le cloud et dispose aussi d'une forte expertise en cybersécurité (MSSP) ainsi qu'en « expérience numérique » (data science, analytique, développement d'applications, les tableaux de bord et reporting, etc.).  « Corelia va rester une entreprise indépendante pour laquelle nous n'envisageons ni intégration ni fusion à court ou moyen terme », déclare le président de Ricoh France. « Notre ambition est de conserver sa valeur en lui apportant la force d'un groupe », ajoute-t-il.

Ouvrir la clientèle de Ricoh à Corelia

La synergie la plus évidente entre Ricoh France et sa nouvelle filiale va consister à travailler la base de 50 000 clients que possède le premier en France pour en amener une partie à souscrire aux offres de services IT de la seconde. Cela ne se fera pas du jour au lendemain, d'autant que faire jouer les complémentarités peut s'avérer complexe. C'est, en effet, principalement sur la force de vente du fabricant que va reposer la détection de projets dont pourrait bénéficier Corelia. Or, les collaborateurs qui la composent ne maîtrisent pas tous la commercialisation de services informatiques. Elie Choukroun en est parfaitement conscient mais estime qu'avec de la formation et leur savoir-faire en matière de gestion de la relation client, ceux-ci trouveront la clé du succès commercial.

Du reste, ce n'est pas la première fois que Ricoh France doit s'atteler à l'intégration de nouvelles offres dans son catalogue. Ainsi, des projets ont déjà été gagné avec MTI France. Et, « en 2019, lorsque l'éditeur allemand Docuware a été racheté par le groupe, la vente de ses solutions de GED ne pesaient quasiment rien dans le chiffre d'affaires de Ricoh France. Aujourd'hui, nous sommes l'un des leaders mondiaux de la vente de ces solutions », se félicite Elie Choukroun.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Des JO 2024 sous haute surveillance

Des JO 2024 sous haute surveillance

Dans moins de six mois s'ouvriront les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 d'été à Paris dans un contexte international très tendu, bien plus que pour les précédentes éditions....

Publicité