Un fonds prêt à mettre 5 Md$ pour racheter Avaya

Fin 2017, Avaya avait dû se placer sous la protection de la loi américaine sur les héritages pour éviter la faillite. (Crédit : D. R.)

Fin 2017, Avaya avait dû se placer sous la protection de la loi américaine sur les héritages pour éviter la faillite. (Crédit : D. R.)

L'éditeur en logiciels de relation client et de communications unifiées Avaya étudie une offre de rachat venue d'un fonds de capital-investissement. Sa valorisation atteindrait 5 milliards de dollars, dette comprise.

Après avoir frôlé la faillite de très près, Avaya pourrait finalement trouver une porte de sortie. Selon Reuters, l'éditeur en logiciels CRM et communications unifiées a reçu une offre de rachat, par emprunt, émanant d'un fonds de capital-investissement, dont l'identité n'a pour le moment pas été révélée. Cette proposition se chiffrerait à plus de 5 milliards de dollars, dette comprise, soit plus de 20 $ par action. Depuis cette annonce, on notera une très forte progression du cours de bourse (+30%) passé en quelques jours de 13,21$ (vendredi 22 mars 2019) à 17,45 $ (mardi 26 mars 2019).

La société, dont la capitalisation boursière est évaluée à 1,5 Md$, fait par ailleurs état d'une dette de 3,2 Md$ pour son premier trimestre fiscal 2019, clôturé au 31 décembre 2018. Un indicateur financier qui n'a empêché plusieurs sociétés de capital-investissement de s'intéresser à Avaya au cours de ces derniers mois. Il y a un peu plus d'un an, en décembre 2017, Avaya avait dû se placer sous la protection du chapitre 11, la loi américaine sur les faillites, afin de rembourser une partie de sa dette. Elle avait alors réussi à reverser environ 3 Md$ à ses créanciers.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité