Apple est aussi sur les rails pour la reprise de l'activité mémoire de Toshiba

Au bord de la faillite, Toshiba n'a pas d'autres choix que la cession de son activité composants électroniques pour assurer sa survie. (Crédit Martyn Wiliiams)

Au bord de la faillite, Toshiba n'a pas d'autres choix que la cession de son activité composants électroniques pour assurer sa survie. (Crédit Martyn Wiliiams)

Malgré l'opposition du gouvernement japonais, Apple envisage une participation directe dans l'activité de puce mémoire de Toshiba.

Après Foxconn, Silver Lake/Broadcom ou encore SK Hynix, Apple se montre également très intéressée par le rachat de l'activité semi-conducteurs de Toshiba. Très gros consommateur de composant RAM et NAND flash, la firme de Cupertino est prête à réaliser un investissement direct de plusieurs milliards de dollars dans Toshiba Memory d'après une information diffusée par la chaîne NHK. Le journal télévisé japonais indique qu'Apple envisage également une offre conjointe avec Foxconn Technology, qui fabrique déjà l'iPhone. Toshiba est un important fournisseur de composants pour les terminaux d'Apple.

L'entité semi-conducteurs est l'un des bijoux de famille de Toshiba, à l'origine de la NAND flash, mais elle a été mise en vente pour assurer la survie du groupe qui doit faire face à la faillite de sa filiale américaine Westinghouse Electric, spécialisée dans la construction et la maintenance des centrales nucléaires. Les dépassements de coûts et les retards dans des projets en Caroline du Sud et en Géorgie ont entraîné des pertes de plusieurs milliards de dollars.

Toshiba au bord de la faillite ?

Un peu plus tôt cette semaine, Toshiba a finalement publié son premier rapport financier en neuf mois, faisant état d'une perte de 5,9 milliards de dollars en raison des problèmes rencontrés avec Westinghouse. L'activité composants a enregistré un bénéfice de 934 millions de dollars pour un chiffre d'affaires 5,8 milliards de dollars. La publication de ces chiffres a été faite sans l'aval des auditeurs - une opération très inhabituelle pour une entreprise japonaise - et avec un avertissement sur une faillite possible de l'entreprise.

Toutefois l'acquisition de l'activité composants mémoire de Toshiba est confrontée à quelques obstacles. La filiale est en effet gérée comme une coentreprise avec Western Digital dans le cadre d'un accord qui confère à la société américaine des droits de négociation exclusifs sur toute acquisition de la participation de Toshiba. En outre, le gouvernement japonais n'est pas très favorable à la cession d'un des fleurons nationaux dans les semi-conducteurs à une entreprise étrangère.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité