Cegid va passer sous pavillon anglo-saxon

Jean-Michel Aulas va céder ses parts de Cegid aux fonds anglo-saxons Silver Lake et Altaone et, à la suite d'une offre publique, en réinvestir une partie dans le capital de la société. (crédit : D.R.)

Jean-Michel Aulas va céder ses parts de Cegid aux fonds anglo-saxons Silver Lake et Altaone et, à la suite d'une offre publique, en réinvestir une partie dans le capital de la société. (crédit : D.R.)

Pour intensifier sa transition vers le SaaS et accélérer le déploiement international de son offre retail, Cegid va être racheté par un consortium de deux fonds d'investissement, l'un américain, l'autre britannique, Silver Lake et Altaone. Pour se faire, Groupama et Jean-Michel Aulas vont céder leurs 37,6% de parts, opération suivie d'une offre publique d'achat « réputée réussie si l'initiateur dépasse 50% du capital ». Il est prévu que le fondateur de Cegid réinvestisse dans la société et reste associé au projet, de même que l'actuel DG, Patrick Bertrand.

Cegid, l'éditeur de logiciels de gestion créé en 1983 à Lyon par Jean-Michel Aulas, prépare la cession de 37,6% de parts à un consortium constitué de deux fonds d'investissement, l'un américain, Silver Lake Partners, l'autre britannique, Altaone. Les parts qui seront ainsi cédées, pour un prix de 62,25 euros par action, correspondent à la participation que possèdent dans le groupe lyonnais la société ICMI, détenue par Jean-Michel Aulas, actuel président de Cegid, ainsi que Groupama et Groupama Gan Vie, entrés au capital en décembre 2007. Le fonds Silver Lake est notamment celui qui s'est associé à Dell pour l'aider à sortir de la bourse en février 2013. 

Une offre publique pour racheter Cegid A la suite de cette acquisition de parts, une offre publique obligatoire sera déposée auprès de l'Autorité des marchés financiers. Celle-ci sera considérée comme réussie si à la clôture, l'initiateur dépasse le seuil de 50% du capital social ou des droits de vote de Cegid, explique l'éditeur lyonnais dans un communiqué. Ainsi, Cegid, qui fait partie des dix premiers éditeurs français, avec un chiffre d'affaires de 282,1 millions d'euros en 2015, passerait entre les mains d'investisseurs anglo-saxons. Selon nos confrères des Echos, l'OPA de Silver Lake et Altaone valoriserait l'éditeur lyonnais à 580 millions d'euros. Le consortium qui détiendra ainsi le capital doit soutenir les efforts de Cegid pour accélérer sa stratégie, d'une part dans le renforcement de ses activités SaaS, d'autre part dans son développement à l'international autour de son offre de gestion pour le retail, c'est-à-dire adaptée aux enseignes de distribution en boutiques (et en ligne). 

Auparavant, les autorités de la concurrence devront donner leur approbation sur l'acquisition des 37,6% par les deux fonds d'investissement. Il est par ailleurs précisé que Jean-Michel Aulas et Patrick Bertrand, directeur général de Cegid, « ont accepté de rester associés au projet pour conduire une nouvelle phase d'accélération du développement » de la société. Il est également indiqué qu'à la demande du consortium qui rachète les parts, le président de Cegid réinvestira une partie du produit de cession dans le capital de l'initiateur.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité