Getronics se défait de son CEO pour se recapitaliser

L'homme d'affaire américano-brésilien Nana Baffour avait pris la tête de Getronics en 2017, suite au rachat de l'ESN par sa société d'investissement Bottega InvestCo pour 220 M€. Crédit photo : D.R.

L'homme d'affaire américano-brésilien Nana Baffour avait pris la tête de Getronics en 2017, suite au rachat de l'ESN par sa société d'investissement Bottega InvestCo pour 220 M€. Crédit photo : D.R.

En difficultés financières, Getronics a obtenu de l'argent frais de ses actionnaires en échange du départ de son CEO Nana Baffour.

La rumeur courrait depuis octobre dernier que l'homme d'affaires Nana Baffour, le CEO de l'ESN hollandaise Getronics, était sur le départ. Le dirigeant se refusait alors à commenter l'information finalement officialisée le 20 novembre par l'entreprise. Franck Asante-Kissi, le directeur administratif du groupe, a aussi démissionné. Avant eux, Mark Cook, le vice-président de Getronics, avait aussi quitté ses fonctions. La fin de leur aventure au sein Getronics s'inscrit dans le cadre d'un plan de restructuration nécessaire pour remettre la société de services sur les rails.

La liquidation évitée au Royaume-Uni

En septembre dernier, l'administration britannique responsable de la collecte des taxes (HMRC) avait demandé la liquidation de la société au Royaume-Uni pour défaut de paiement de la TVA. Avant même le lancement de cette procédure, Getronics aurait fait face à des difficultés à payer ses fournisseurs et ses salariés. Un accord a été rapidement trouvé avec l'administration Outre-Manche, avec un impact délétère sur la santé financière de l'entreprise déjà en difficultés.

Pour permettre à Getronics de survivre, ses actionnaires ont accepté de remettre au pot. « Après un examen complet de la société et de ses perspectives, le conseil d'administration a conclu que la recapitaliser et réduire sa dette lui permettra de dégager de la valeur à long terme », a indiqué Getronics par voie de communiqué de presse. Le montant de l'injection en capital n'a pas été précisé. Certaines sources évoquent 15 M£, ce qui semble peu pour un groupe qui dit avoir dégagé 1,3 Md€ de chiffre d'affaires au cours de son dernier exercice fiscal. Quoi qu'il en soit, l'un de ses actionnaires, le Canadian Pension Investment Board, aurait exigé en contrepartie une réorganisation des équipes dirigeantes dont Nana Baffour a fait les frais.

Des acquisitions à l'origine des déboires de Getronics

Au moment de la demande de mise en liquidation de la société par la HMRC, l'ancien dirigeant expliquait ses déboires en partie par les difficultés d'intégration de ses acquisitions. L'homme d'affaires avait pris la tête de Getronics en 2017, suite au rachat de l'ESN pour 220 M€ par sa société d'investissement Bottega InvestCo. Durant son mandat, le prestataire de services a mis la main sur l'américain Pomeroy pour 815 M$ et le français ITS Overlap. Nana Baffour étant maintenant sur la touche, le conseil d'administration de Getronics a annoncé le retour de Chris Froman à la tête des activités Outre-Atlantique. Un poste qu'il avait quitté en 2017. La marque Pomeroy va elle aussi faire son retour sur le marché américain.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité