L'IA stimule les dépenses en infrastructure cloud, selon IDC

Tous les grands hyperscalers et fournisseurs de services cloud ont commencé à s'orienter vers des configurations riches en GPU, généralement plus chères en termes de capacité de traitement. (Crédit photo : Pexels)

Tous les grands hyperscalers et fournisseurs de services cloud ont commencé à s'orienter vers des configurations riches en GPU, généralement plus chères en termes de capacité de traitement. (Crédit photo : Pexels)

Les hyperscalers achètent de grandes quantités de matériel d'infrastructure cloud pour le traitement des charges de travail d'IA.

Selon la dernière mise à jour du Worldwide Quarterly Enterprise Infrastructure Tracker d'IDC, publiée la semaine dernière, au quatrième trimestre 2023, les dépenses en infrastructures de calcul et de stockage pour les déploiements cloud ont augmenté de 18,5 % en glissement annuel. Cependant, le nombre total d'unités livrées a diminué, signe de l'appétit des hyperscalers pour les serveurs de grande capacité, chargés en GPU et dont les prix de vente moyens sont plus élevés. De l'avis de Lidice Fernandez, vice-présidente du groupe IDC, l'IA est à l'origine de la forte augmentation des dépenses en infrastructure cloud. C'est le cas en particulier du développement rapide des capacités d'IA par certaines des plus grandes entreprises du secteur technologique, y compris des grands hyperscalers comme Google et Microsoft, sans compter que le matériel GPU nécessaire pour traiter les charges de travail centrées sur l'IA est coûteux. « Ces méga-datacenters sont à l'origine des plus gros volumes », a-t-elle déclaré, ajoutant que « cette année, tous les grands hyperscalers et fournisseurs de services cloud ont commencé à s'orienter vers des configurations riches en GPU, généralement plus chères en termes de capacité de traitement ».

« Néanmoins, dans le même temps, ces dispositifs coûteux et gourmands en GPU sont capables de gérer des charges de travail plus lourdes, ce qui signifie que ces entreprises ont besoin de moins de boîtiers pour créer un niveau donné de capacité », a tempéré Mme Fernandez. « Il faut probablement moins de boîtiers pour accomplir la même charge de travail, de sorte que la dynamique des plus gros acheteurs d'infrastructure devrait se poursuivre de manière exponentielle pendant quelques années seulement », a-t-elle ajouté.

31,8 Md$ pour les infrastructures cloud au T4 2023

En données brutes, au quatrième trimestre 2023, les ventes de produits d'infrastructure cloud ont augmenté de 18,5 % d'une année sur l'autre, pour atteindre 31,8 milliards de dollars au total. Selon les données d'IDC, ce chiffre est supérieur aux dépenses en infrastructures de calcul et de stockage non-cloud, qui ont augmenté de 16,4 % d'une année sur l'autre, pour atteindre 18,9 milliards de dollars. Au cours de la même période, le nombre total de livraisons individuelles d'équipements cloud a chuté de 22,8 %.

Les données d'IDC montrent que la forte demande de la part des hyperscalers et des grands fournisseurs de services a également faussé les données en faveur du « cloud » public. L'infrastructure cloud « partagée », qui couvre largement les déploiements de cloud public, a connu une croissance de 27 % par rapport à l'année précédente, atteignant 22,8 milliards de dollars, soit près de 45 % du total des dépenses mondiales en infrastructure, qu'il s'agisse ou pas d'infrastructures cloud. En revanche, le cloud « dédié », qui consiste principalement en une infrastructure de cloud privé, n'a progressé que de 1,4 % au cours de la même période, pour atteindre 9 milliards de dollars. « La plupart des dépenses sont toujours concentrées sur le cloud public », a pointé Mme Fernandez.

Ne pas négliger la croissance du cloud privé

Néanmoins, celle-ci fait remarquer que la part du cloud restera importante dans un avenir relativement proche, notamment parce que les besoins des utilisateurs de base du cloud, et non les hyperscalers et les fournisseurs de services, restent importants et sont appelés à croître. « Souvent, pour des raisons de confidentialité, de conformité et de sécurité, de nombreuses charges de travail critiques sont maintenues sur site ou dans un cloud privé, en particulier les charges soumises à des réglementations sectorielles spécifiques ou à de nouvelles réglementations générales dans des juridictions telles que l'UE, et beaucoup de celles qui ont été déplacées vers le cloud public sont en train d'être « rapatriées » sur site ou dans des clouds privés », a encore déclaré Mme Fernandez. « Si l'on regarde les chiffres dans leur ensemble, ils restent relativement stables en termes de dépenses », a-t-elle ajouté. « Cette infrastructure doit continuer à être soutenue, déployée et rafraîchie à un certain rythme ».

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Des JO 2024 sous haute surveillance

Des JO 2024 sous haute surveillance

Dans moins de six mois s'ouvriront les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 d'été à Paris dans un contexte international très tendu, bien plus que pour les précédentes éditions....

Les meilleures alternatives à VMware

Les meilleures alternatives à VMware

Beaucoup d'informations et d'annonces sont venues perturber les DSI, les opérateurs IT et les partenaires de VMware depuis son rachat par Broadcom. Pour certains d'entre eux,...

Publicité