La perception du big data reste encore très floue dans les entreprises françaises


Des volontaristes et des Messieurs Jourdain du Big Data

Le cabinet d'études distingue trois groupes parmi les entreprises approchées : celles qui ont adopté une attitude volontariste sur le Big Data (29%), celles qui se sentent peu concernées (40%) et celles qui en font déjà sans le savoir (31%), les Messieurs Jourdain du Big Data en quelque sorte, qui faisaient partie des 70% affirmant qu'il n'y avait ni projet ni réflexion de ce type dans leur entreprise. « Elles disent pourtant avoir engagé un dialogue sur les enjeux d'analyse rapide de grosses volumétries de données variées », même si ces entreprises sont deux fois deux fois moins nombreuses à déployer à la fois des technologies de stockage évolutives et d'analyse que le groupe des volontaristes. Sur les projets, trois domaines métiers sont privilégiés : l'analyse financière, la connaissance client et l'identification des tendances à long terme, ce qui recouvre les aspects prédictifs, par exemple pour prévenir l'attrition. Les entreprises qui ont des projets ont une double dimension, stratégique et opérationnelle. En outre, il apparaît que 54% des entreprises « orientées Big Data » (c'est-à-dire les volontaristes et celles qui en font sans le savoir, soit 60% de l'ensemble des répondants) disent avoir une problématique temps réel.

Sur les 12 à 18 mois en revanche, IDC n'entrevoit pas d'élargissement du marché. « Ce qui est très différent par rapport à l'étude réalisée aux Etats-Unis en avril », souligne Cyril Meunier. «Il y a donc un risque de décrochage entre les entreprises qui ont déjà engagé des actions et celles qui n'ont encore rien fait ». En outre, l'absence d'alignement entre les études et la production est potentiellement porteuse de risque, rappelle le consultant.

Du côté des équipes Infrastructures, la connaissance du concept Big Data reste très faible. Pour 35% des répondants de ce groupe, cela n'évoque rien, même si 36% font le lien entre stockage et Big Data. Plus encore, 77% estiment que ce n'est pas vraiment un sujet pour leur entreprise et 91% que leur entreprise n'a pas de réflexion dans ce domaine. « Quand on évite le terme Big Data, 51% de ces équipes disent pourtant avoir mis en place du stockage pour de grosses volumétries sur des données variées, structurées et non structurées ». Et 44% disent faire de l'analyse de grosses volumétries de données variées.

Une nécessaire mise à niveau des compétences

Une opinion est toutefois partagée par les deux groupes de personnes interrogées (Etudes, d'une part, Production de l'autre), c'est la nécessité d'associer la direction générale aux démarches de Big Data. Ils sont 75% à le penser. Enfin, IDC relève trois divergences majeures entre ces deux catégories de répondants. Dans le groupe Etudes/BI, ils sont 36% à estimer que les obstacles organisationnels et structurels constituent le principal frein. Dans le groupe Infrastructures/Production, ils ne sont que 9% à le penser. De même, sur la mise à niveau nécessaire des compétences internes pour aborder les projets de Big Data, « l'enjeu est positionné bien plus bas par les équipes infrastructures que par les Etudes », pointe Cyril Meunier. 38% des équipes Etudes jugent que l'aspect compétences est très important, alors que 36% des équipes de production pensent qu'il est très faible. Troisièmement, sur la transformation des infrastructures, le groupe Etudes considère qu'il faut mettre l'accent sur les dimensions organisationnelles des datacenters et sur la sécurité. Alors que les équipes infrastructures mettent d'abord en avant les évolutions purement techniques. « Cette absence d'alignement peut fragiliser les projets de Big Data », conclut le consultant d'IDC.

(*) Deux groupes ont été interrogés dans 160 entreprises de plus de 200 salariés (80 interlocuteurs appartenant aux équipes Etudes / Projets décisionnels, d'une part, et d'autre part, 80 interlocuteurs appartenant aux équipes IT/infrastructures)

Index Big Data EMC/IDC
Au sein des équipes Etudes/IT des entreprises orientées Big Data (soit 60% des répondants),"il y a beaucoup de doutes sur la capacité des DSI à se mettre à niveau dans les trois ans", remarque Cyril Meunier, consultant chez IDC.




s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Des JO 2024 sous haute surveillance

Des JO 2024 sous haute surveillance

Dans moins de six mois s'ouvriront les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 d'été à Paris dans un contexte international très tendu, bien plus que pour les précédentes éditions....

Les meilleures alternatives à VMware

Les meilleures alternatives à VMware

Beaucoup d'informations et d'annonces sont venues perturber les DSI, les opérateurs IT et les partenaires de VMware depuis son rachat par Broadcom. Pour certains d'entre eux,...

Publicité