Les grands éditeurs rattrapent leur retard dans le SaaS

Satya Nadella (à gauche), le CEO de Microsoft, annoncera peut-être bientôt à ses troupes que sa société réalise un chiffre d'affaire dans le SaaS supérieur à Salesforce créé par Marc Benioff.  (Crédit photo : D.R.)

Satya Nadella (à gauche), le CEO de Microsoft, annoncera peut-être bientôt à ses troupes que sa société réalise un chiffre d'affaire dans le SaaS supérieur à Salesforce créé par Marc Benioff. (Crédit photo : D.R.)

Si Salesforce reste encore le numéro un du SaaS dans le monde, il est désormais talonné par Microsoft. Les ventes de ce dernier ont progressé de 70% l'an dernier tandis que celles d'Adobe, de SAP, d'IBM ou encore d'Oracle croissaient aussi fortement.

En 2015, les ventes mondiales de logiciels SaaS ont enregistré une croissance de 40% en valeur selon Synergy Research Group. Le secteur est dominé par Salesforce qui y a enregistré une progression annuelle de 21%. La société bénéficie jusqu'ici de la bonne longueur d'avance qu'elle a prise sur les grands éditeurs en se lançant dans la commercialisation de ses applications en mode hébergé dès sa création en 1999. Au rythme où les choses évoluent, la situation devrait toutefois bientôt changer.

L'an dernier, les ventes des logiciels de Microsoft dans le cloud ont en effet crû de 70%. La firme de Redmond s'est ainsi adjugé une part du marché du SaaS d'environ 13% (+3 points) contre 15% pour Salesforce. Fort d'une progression de ses facturations de 55%, Adobe refait lui aussi rapidement son retard et contribue à près de 9% des ventes mondiales d'applications hébergées. SAP fait également très fort puisque ses revenus se sont appréciés de 73% en 2015. L'éditeur d'ERP allemand a porté sa part de marché à 7% environ. D'autres éditeurs tels qu'IBM et Workday ont eu aussi vu leurs revenus dans le SaaS croître de plus de 50% en 2015.

La marge de progression des éditeurs historiques est encore très forte

«Il est marquant de voir que les trois grands éditeurs que sont Microsoft, IBM et Oracle voient maintenant leur revenus issus du SaaS progresser plus rapidement que le marché du SaaS dans son ensemble », indique John Dinsdale, analyste chez Synergy Research Group. Sachant que ceux-ci tirent moins de 8% de leurs revenus logiciels du mode hébergé, il est aisément imaginable que la croissance de leurs ventes d'applications dans le cloud restera vigoureuse encore longtemps. Leurs efforts pour refaire leur retard sur les pure players va contribuer à faire tripler les facturations du marché mondial du SaaS au cours des cinq prochaines années.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

5G, pourquoi c'est une vraie rupture pour les entreprises

5G, pourquoi c'est une vraie rupture pour les entreprises

Les premiers forfaits grand public 5G sont déjà en vente chez les quatre principaux opérateurs : Free, Orange, SFR et Bouygues Telecom. Les déploiements d'antennes se poursuivent...

Publicité