Truffle 100 Europe : Les éditeurs font plus de chiffre d'affaires mais moins de profits

Les éditeurs de logiciels européens en orbite autour de la Silicon Valley, selon l'étude de l'Institut Fraunhofer (cliquer sur l'image)

Les éditeurs de logiciels européens en orbite autour de la Silicon Valley, selon l'étude de l'Institut Fraunhofer (cliquer sur l'image)

Le classement Truffle Capital des 100 premiers éditeurs de logiciels européens montre une hausse de 20% des dépenses en R&D. Par ailleurs, selon une autre étude sur les clusters logiciels en Europe, les pôles anglais présentent la meilleure visibilité, suivis de la région Ile-de-France et du sud-ouest de l'Allemagne.

En cette fin d'automne, deux études fournissent simultanément un éclairage sur les forces et les faiblesses de l'industrie du logiciel en Europe. Truffle Capital publie d'une part son 8èmeclassement annuel des cent premiers éditeurs européens, établi sur les chiffres de l'année 2012 (*). D'autre part, l'Institut Fraunhofer présente une évaluation des 15 régions les plus fortement développées dans le logiciel, faisant apparaître des déséquilibres entre ces différents clusters, certains remarquables par leur poids, d'autres par leur dynamisme.

Le volet 2013 du Truffle 100 montre une progression à deux chiffres des sociétés qui le compose, mais il souligne aussi la pression qui s'est exercée sur leur profitabilité. Point positif, cette pression n'a pas empêché les éditeurs d'augmenter de 20% leurs investissements en R&D. En un an, le chiffre d'affaires logiciel du Top 100 européen a progressé de 11% à 41,1 milliards d'euros entre 2011 et 2012 (sur un chiffre d'affaires total de 57,8 milliards d'euros). Le logiciel est devenu une technologie clé générique dans tous les secteurs et activités économiques, pointe Truffle Capital. Mais les bénéfices affichés sont retombés à 5,8 Md€, comme en 2010, alors qu'ils se situaient à 6,6 Md€ en 2011. Malgré cela, les investissements en R&D ont atteint 6,8 Md€ (contre 5,679 Md€ un an plus tôt). « Les éditeurs parient sur l'avenir », a pointé Bernard-Louis Roques, co-founder de Truffle Capital, lors d'une conférence téléphonique de l'Institut Fraunhofer, en notant qu'une part importante des investissements se portaient sur la partie SaaS (software as a service).  

19 éditeurs français au Top 100 européen

L'éditeur allemand SAP, leader indétrônable du Truffle 100 Europe, pèse 39% du CA global et 48% des profits du Top 100 (contre 38% et 52% en 2011) avec près de 16 Md€ de chiffre d'affaires réalisés sur le logiciel en 2012 et plus de 18 000 personnes sur la partie R&D (28,5% du Top 100). Derrière lui, cinq autres éditeurs dépassent le milliard d'euros de CA, avec le Français Dassault Systèmes, toujours en 2èmeplace (avec 1,853 Md€ de CA logiciel). L'éditeur de solutions de PLM est suivi du Britannique Sage (1,59 Md€), du Suédois Hexagon, spécialiste du traitement des données géographiques (1,28 Md€), de l'Allemand Wincor Nixdorf (1,25 Md€) et d'Asseco Group, une fédération d'entreprises IT polonaises qui réalisent ensemble 1 Md€. Ces cinq acteurs emploient 12 850 personnes en R&D (soit 20% du Top 100), dont 4 500 pour Dassault Systèmes, 3 000 pour Hexagon et 3 180 pour Asseco. Vient ensuite Software AG (922 M€ en logiciel). A partir de la 12èmeplace, le chiffre d'affaires descend sous la barre des 500 M€ et se termine à la 100 46,2 M€ avec l'éditeur français Talentia Software (ex Lefebvre Software), précédé de deux compatriotes, Fiducial Informatique (48,9 M€) et Efront (48 M€). Au total, le classement comporte 19 éditeurs français, représentant 10,6% du CA total.

Le classement Truffle 100 Europe 2013
Classement Truffle 100 Europe 2013. (Cliquer ici pour agrandir le tableau.)

De son côté, l'étude Software-Cluster de l'Institut Fraunhofer porte sur quinze régions européennes regroupant une forte proportion d'acteurs du logiciel. Ces zones différant sensiblement par leur taille et par divers facteurs locaux, l'institut a rassemblé différents critères en sept catégories pour faciliter l'analyse comparative des clusters. Cette mise en regard pourrait servir de point d'appui pour susciter la collaboration entre ces pôles et l'échange de bonnes pratiques. Les catégories comprennent le chiffre d'affaires, l'emploi (attestant de la spécialisation de la région pour le secteur logiciel), la démographie des entreprises (indices sur la structure des entreprises), la dynamique de croissance, le capital humain (potentiel en personnel qualifié, nombre d'universités...), les facteurs généraux (pouvoir d'achat notamment) et les indicateurs ayant une influence sur le secteur des logiciels et services IT (tels que l'attractivité pour les investissements)

L'Ile-de-France, 2ème cluster sur le capital humain

A l'examen de ces critères, seuls cinq clusters atteignent de bons scores dans plusieurs catégories. C'est le cas de Londres, de la région d'Oxford, de l'Ile-de-France, du Sofware-Cluster allemand (situé au sud-ouest du pays, près de Francfort et Karlsruhe), de Stockholm et d'Hovedstaden, dans la région de Copenhague. Un peu plus loin, quatre autres clusters se classent une seule fois dans un top 3 : la Néerlandaise Utrecht, la ville de Berlin, Mazowieckie (région de Varsovie) et Oberbayer (région de Munich).

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

SD-WAN : un marché bouillonnant

SD-WAN : un marché bouillonnant

Les réseaux MPLS, longtemps et toujours utilisés pour interconnecter les différents sites de l'entreprise, doivent aujourd'hui cohabiter avec la technologie SD-WAN qui agrège tout...

Publicité