Accenture investit 3 Md$ dans l'IA

L'investissement d'Accenture va permettre à sa pratique en matière de données et d'IA de doubler de taille, en passant de 40 000 à 80 000 personnes. (Illustration : Pixabay)

L'investissement d'Accenture va permettre à sa pratique en matière de données et d'IA de doubler de taille, en passant de 40 000 à 80 000 personnes. (Illustration : Pixabay)

Deux mois après avoir annoncé une réduction massive de ses effectifs, Accenture s'engage à consacrer 3 Md$ au développement de son expertise et de ses compétences en matière d'IA par le biais d'embauches, d'acquisitions et autres mesures.

Le géant mondial du conseil et des services IT Accenture a annoncé hier qu'il consacrerait 3 Md$ à des actifs, startups, talents et partenariats pour se positionner comme leader dans les domaines de l'IA générative et prédictive. Un investissement qui va permettre à sa pratique en matière de données et d'IA de doubler de taille, en passant de 40 000 à 80 000 personnes, « par une combinaison d'embauches, d'acquisitions et de formations ». L'entreprise prévoit également de créer des accélérateurs de startups pour la préparation opérationnelle à l'IA, en se concentrant sur 19 industries différentes, et cherchera à générer des modèles préconstruits adaptés aux besoins de ces industries.

Cette décision intervient deux mois après l'annonce par l'entreprise du licenciement de 19 000 personnes, soit 2,5 % de ses effectifs, afin de réduire les coûts dans un contexte macroéconomique incertain. Cependant, Accenture a précisé qu'environ la moitié de ces licenciements concernerait le personnel de back-office impliqué dans des travaux non facturables. À l'époque, l'entreprise avait spécifié qu'elle « continuerait à embaucher, notamment pour soutenir ses priorités de croissance stratégique ».

Une plateforme pour l'implémentation des projets d'IA

Accenture a aussi annoncé le produit AI Navigator for Enterprise, alimenté par de l'IA générative, qu'elle présente comme « un système destiné à aider les utilisateurs à prendre des décisions commerciales en matière d'IA, à effectuer des analyses de rentabilité pour son utilisation et à comprendre le type de modélisation et d'algorithmes requis pour accomplir des tâches particulières ». « Les entreprises qui construisent une base solide d'IA en l'adoptant et en la développant dès maintenant, alors que la technologie est mature et offre une valeur claire, seront mieux positionnées pour se réinventer, être compétitives et atteindre de nouveaux niveaux de performance », a déclaré Selon Julie Sweet, directrice générale et CEO d'Accenture. « Nos clients évoluent dans des environnements complexes et, à une époque où la technologie change rapidement, notre connaissance approfondie des solutions de l'écosystème nous permet de les aider à s'orienter rapidement et de manière rentable pour prendre des décisions intelligentes », a-t-elle ajouté.

Un intérêt pour l'IA renforcé mais pas nouveau

Accenture s'est également empressé de rappeler son histoire avec l'IA, faisant remarquer qu'il utilisait déjà de l'IA dans des plateformes comme myWizard pour l'automatisation des processus, SynOps pour l'intelligence des opérations commerciales et myNav pour la conception d'architectures cloud. L'entreprise a aussi travaillé sur un framework d'IA responsable il y a six ans, qui offre des lignes directrices « rigoureuses » en matière d'usage de l'IA. Et l'entreprise travaille déjà sur des projets d'IA générative avec des clients aussi divers que des groupes hôteliers et des systèmes judiciaires.

Les concurrents aussi investissent dans l'IA

Accenture n'est pas la première entreprise de conseil à annoncer des investissements importants dans l'IA. Selon le Wall Street Journal, PWC a déclaré en avril qu'elle consacrerait 1 milliard de dollars à un partenariat avec Microsoft et OpenAI afin d'adapter la technologie d'IA générative de cette dernière pour l'utiliser dans les services fiscaux et d'audit. Bain and Company a aussi annoncé un accord similaire avec OpenAI en février, citant Coca-Cola comme premier client.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

2024, l'année de Windows 11

2024, l'année de Windows 11

Si le parc de PC dans les entreprises françaises fonctionne encore majoritairement sous Windows 10, Microsoft a toutefois fixé la fin de son support le 14 octobre 2025....

Publicité