Econocom flirte avec les 3 Md € de chiffre d'affaires en 2017

D'après le plan quiquennal d'Econocom, le résultat opérationnel  devra atteindre 300 M€ en 2022. (Crédit : D.R.)

D'après le plan quiquennal d'Econocom, le résultat opérationnel devra atteindre 300 M€ en 2022. (Crédit : D.R.)

Le groupe européen Econocom a réalisé un chiffre d'affaires de 2,98 Md € l'année dernière. L'objectif du plan « Mutation » étant donc atteint, place au plan « e for excellence ».

Jusqu'à présent, les plans stratégiques mis en oeuvre par Econocom ont toujours eu pour objectif de doubler son chiffre d'affaires par tranche de cinq ans. De 2007 à 2012, durant le plan « Horizon », les revenus sont ainsi passés de 716,9 M€ à 1,5 Md€. Le but du plan « Mutation », clos à la fin de l'année dernière, était d'atteindre les 3 Md€. C'est chose faite, d'après les premiers résultats communiqués par la SSDI qui indique avoir dégagé précisément 2,98 Md€ de facturations en 2017. Elle affiche ainsi 17,5% de croissance par rapport à 2016. Au cours de ce plan quinquennal, le groupe européen spécialisé dans les services liés à la transformation numérique a aussi multiplié par deux son résultat opérationnel courant. Il est passé de 75 M€ en 2012 à 150 M€ l'an dernier.

L'exercice 2017 a été aussi l'occasion de voir l'activité services du groupe dépasser pour la première fois la barre du milliard d'euros de chiffre d'affaires (1,007 Md€). Elle progresse ainsi de 25,5% sur un an (dont 12,7% en organique), notamment grâce au gain de grands contrats d'infogérance. De son côté, la branche Technology management & financing a généré 1,378 Md€ (+9,5%) de facturations, entièrement en organique. Enfin, l'activité Products & solutions a bénéficié des flux d'investissement IT en Europe, notamment dans le secteur public. Ses revenus ont ainsi grimpé de 25,2%, dont 12,7% en organique.

Forte croissance externe en 2017

Econocom n'aura pas lésiné sur les investissements en croissance externe en 2017. Le groupe a réalisé pas moins de sept rachats. Quatre pour se renforcer dans les pays où il est déjà présent : au Benelux, la société Bis spécialisée dans les solutions audiovisuelles ; en France, Aciernet, dans les services d'intégration, LP Digital en Devops, et Biboard dans l'analyse de données. Trois autres opérations ont permis au groupe de s'installer dans deux pays : en Allemagne avec le rachat d'Energy Net ; en Angleterre avec la reprise de Jade et de JTRS.

Après la « Mutation », Econocom vise désormais l'excellence. Son plan 2017-2022, intitulé « e for excellence » est moins ambitieux quant à l'augmentation du chiffre d'affaires. 4 milliards d'euros sont visés d'ici cinq ans. « Notre plan s'appuie sur trois leviers : l'excellence dans le delivery et les offres, l'innovation, le développement des entreprises satellites du groupe, et la poursuite de notre politique de croissance externe pour développer nos expertises », exposait Robert Bouchard, directeur des opérations chargé de conduire le plan quinquennal d'Econocom en octobre dernier. Quant au résultat opérationnel, il devra atteindre 300 M€.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité