Lexmark Cloud Print management passe dans les mains des revendeurs

Tableau de bord de Lexmark Cloud Print Management.

Tableau de bord de Lexmark Cloud Print Management.

Les partenaires agrées de Lexmark peuvent désormais commercialiser la plate-forme cloud d'impression sécurisée du fabricant. Ce dernier leur garantie une marge minimum de 25% sur les souscriptions qu'ils factureront aux clients.

Les fabricants de multifonctions commencent parfois par proposer leurs nouveaux services en direct aux grands comptes, pour les rendre ensuite accessibles aux PME à travers leurs revendeurs. C'est l'approche choisie Lexmark pour sa solution Cloud Print Management (CPM). Cette plate-forme hébergée est commercialisée par les forces de vente de la marque depuis deux ans et demi environ. Elle permet aux utilisateurs de lancer des impression depuis un terminal fixe ou mobile, et de les récupérer ensuite en s'identifiant par badge (ou via un code généré sur leur mobile) sur n'importe quel copieur Lexmark de l'entreprise équipé d'un écran tactile et référencé dans le système. « CPM peut s'intégrer dans des environnement Windows, Citrix, Chrome, et, pour les terminaux mobiles, avec iOS et Android », explique Didier Gillion, le directeur partenaires de Lexmark France. « Les clients qui auraient peu de bande passante peuvent choisir de retenir les travaux d'impression sur les postes utilisateurs et de ne déléguer que l'authentification à notre cloud public », ajoute-t-il.

16 € par mois et par copieurs

Pour que CPM soit commercialisable par ses revendeurs agréés, le fabricant en a fait un module de sa plate-forme Clout Fleet Management. Ils pouvaient déjà utiliser cette dernière gratuitement depuis un an pour gérer à distance (mise à jour des firmwares et des paramètres, etc.) les parcs d'impression Lexmark de leurs clients. « Le couplage avec CFM a simplifié les problématiques d'intégration et de maintenance associées à CPM », explique Didier Gillion. Néanmoins, cela n'empêchera pas les revendeurs désireux de proposer CPM de se rendre chez leurs clients pour installer des lecteurs de badges sur des équipements déjà en place. Une prestation qu'ils pourront choisir d'intégrer ou non dans les 16 euros par mois et par équipements qu'ils factureront aux clients. Lexmark, de son côté, percevra douze euros par mois et par copieurs de ses revendeurs. Ce prix est dégressif en fonction du nombre d'équipements reliés à CPM. « Lexmark ne facturera que les copieurs qui ont imprimés au moins une fois par mois avec CPM », précise le directeur partenaires de Lexmark.

Confidentialité des document et contrôle des coûts

D'après le fabricant, autoriser ses revendeurs à commercialiser CPM va leur permettre de mieux répondre à plusieurs demandes de leurs clients. En premier lieu, en apportant une sécurité accrue sur le contenu des impressions, rendue plus nécessaire encore par la RGPD. En outre, dans un contexte où les entreprise cherchent à baisser leurs coûts d'impression en mutualisant les copieurs, CPM présente l'avantage de livrer des rapports d'usage. Un client peut ainsi savoir qui imprime et en quelle quantité, qu'il s'agisse d'un utilisateur, d'un groupe de travail ou d'un centre de coûts. Dans le même esprit, la solution peut aussi livrer des statistiques sur l'usage de la couleur et du monochrome.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

SD-WAN : un marché bouillonnant

SD-WAN : un marché bouillonnant

Les réseaux MPLS, longtemps et toujours utilisés pour interconnecter les différents sites de l'entreprise, doivent aujourd'hui cohabiter avec la technologie SD-WAN qui agrège tout...

Publicité