[MAJ] Broadcom rachète l'activité Entreprise de Symantec 10,7 Md$

Basé à Mountain View, Symantec devrait céder son activité Entreprise à Broadcom sous peu. (Crédit : Wikipedia)

Basé à Mountain View, Symantec devrait céder son activité Entreprise à Broadcom sous peu. (Crédit : Wikipedia)

L'éditeur de solutions de cybersécurité, Symantec a finalement vendu son activité Entreprise à Broadcom. La transaction, qui devrait être finalisée au premier trimestre 2020, s'élève à 10,7 Md€ en numéraire. La marque Symantec sera propriété de Broadcom, quand l'éditeur gardera Norton LifeLock et la partie PME de son activité.

Comme prévu, Broadcom et Symantec ont acté le rachat d'une partie du second par le premier. Pour 10,7 Md$, le concepteur de semiconducteurs prend possession de l'activité Entreprise de l'éditeur de solutions de cybersécurité. Broadcom a l'intention de financer l'opération par un emprunt et paiera Symantec en liquidités. La transaction, qui devrait être conclue au cours du premier trimestre de l'exercice 2020 est assujettie aux approbations réglementaires aux États-Unis, dans l'UE et au Japon et à d'autres conditions de clôture habituelles. Après la clôture de l'opération, Broadcom sera propriétaire de la marque Symantec et l'intégrera à son portefeuille. Le déploiement de la suite de sécurité d'entreprise de Symantec par l'intermédiaire du channel de Broadcom renforcera sa stratégie d'accord de licence de portefeuille différencié (PLA).

La division cybersécurité grand public, mené par la marque Norton LifeLock, qui reste propriété de l'éditeur, pourrait donc changer de nom, mais rien n'a été précisé sur ce point. Elle comprend la sécurité des appareils, la protection contre les menaces d'identité, les logiciels de protection de la vie privée pour les consommateurs et aussi les petites entreprises, et est, selon Symantec, stable, et peut continuer de croître en générant des liquidités et bénéfices importants.

Un plan de restructuration à 100 M$ chez Symantec

« Avec un marché important et en pleine croissance, les produits Norton LifeLock répondent aux besoins croissants des consommateurs en matière de cybersécurité », a déclaré Rick Hill, président et CEO intérimaire de Symantec. « Au premier trimestre de l'exercice 2020, notre division Cybersécurité grand public a contribué à 90 % du bénéfice d'exploitation total de la société Symantec. Nous sommes d'avis qu'avec un modèle d'exploitation axé sur l'augmentation des investissements en marketing et le développement de produits pour la protection de la vie privée des consommateurs, nous pouvons simultanément accroître notre clientèle d'abonnés et augmenter nos revenus annuels par utilisateur. » Et d'ajouter : « Nous prévoyons que ce dessaisissement d'actifs permettra à notre entreprise Norton LifeLock de faire croître ses produits d'exploitation à un chiffre à moyen terme, grâce à des flux de trésorerie provenant de l'exploitation solides et à une croissance accrue des bénéfices. »

Symantec a également annoncé des plans de restructuration qui permettront de réduire son effectif mondial net d'environ 7 %. Dans le cadre du plan de restructuration, elle prévoit également de réduire la taille, libérer de l'espace ou carrément fermer certaines installations et certains datacenters. L'éditeur estime que cela engagera des coûts totaux d'environ 100 M$ dans le cadre de la restructuration, dont environ 75 M$ pour des indemnités de départ et de cessation d'emploi et 25 M$ pour des fermetures de sites. Ces mesures devraient être terminées au cours de l'exercice 2020.

Un jeu du chat et de la souris pendant un mois

Cela faisait un mois que les deux entreprises cherchaient un compromis. Si Reuters indiquait début juillet que les négociations étaient en bonne voie, l'éditeur n'aurait pas apprécié ces révélations, censées rester confidentielles. Puis, mi-juillet, des sources citées par CNBC ont indiqué que Broadcom aurait fait une offre à moins de 28$ l'action, que Symantec aurait refusé. La fuite ayant fait dégringoler son action de près de 13%, à 22,3$, l'éditeur avait donc jusque-là mis fin à toute négociation. Symantec a déclaré ses résultats financiers en même temps que l'acquisition. Avec un bénéfice non conforme aux PCGR de 43 cents par action au premier trimestre pour un chiffre d'affaires à 1,24 Md$, le cours de l'éditeur progressait de 4% après la fermeture, hier soir.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

Cybersécurité : Faire face aux dernières menaces

« Alertés par une consommation énergétique très élevée d'un fournisseur d'énergie, de nombreux policiers sont intervenus croyant à une ferme de culture du cannabis, il s'agissait...

Publicité