Atos diffère la désignation de son repreneur

La direction d'Atos a reporté au début de la semaine du 10 juin la désignation de son repreneur financier. (Crédit Photo : Atos)

La direction d'Atos a reporté au début de la semaine du 10 juin la désignation de son repreneur financier. (Crédit Photo : Atos)

Atos a repoussé au début de la semaine prochaine sa décision sur l'identité de son repreneur. En coulisse, David Layani et Daniel Kretinsky essayent de séduire les créanciers auxquels l'administratrice judiciaire auraient demandé de se positionner pour l'une ou l'autre offre.

Les rebondissements sont légions dans l'affaire Atos. On ne s'étonnera donc pas de la décision de la direction de reporter encore une fois le choix de son repreneur. La société se donne maintenant « jusqu'à début de la semaine du 10 juin » pour se décider. Rappelons que deux offres tiennent la corde, celle du milliardaire tchèque Daniel Kretinsky et du fonds allemand Attestor d'un coté et celle de David Layani, dirigeant de OnePoint soutenu par le fonds de Walter Buttler et Econocom de l'autre.

Pour expliquer ce décalage, la SSII explique dans un communiqué que « la conciliatrice a requis un délai supplémentaire afin de maximiser le soutien des créanciers financiers de la société en faveur de leur proposition privilégiée ». Selon nos confrères de BFM, Hélène Bourbouloux auraient envoyé un questionnaire aux créanciers pour se positionner pour l'une ou l'autre des offres de reprise. L'objectif est de connaître les forces en présence et l'offre qui fédèrera le plus et permettra au conseil d'administration d'AtoS de trancher.

La bataille de séduction des créanciers est ouverte

Du côté de OnePoint, le document officiel publié lundi par Atos montre le ralliement de certains créanciers représentant 36% des fonds obligataires avec des discussions pour atteindre 60%. La SSII espère emporté l'adhésion de banques étrangères comme Commerzbank et Barclays ou la BCE (qui détient 20% de la dette obligataire d'Atos selon La Lettre). De son côté, Daniel Kretinsky a le soutien des banques françaises dont BNP Paribas et vient, selon les Echos, de réévaluer son offre pour tenter de séduire des créanciers hésitants.

Les tractations vont donc durer encore pendant toute cette fin de semaine, sous le regard attentif de Bercy. Ce dernier a déjà décidé de sanctuariser les domaines sensibles d'Atos autour des supercalculateurs, mais aussi du système de contrôle des centrales nucléaires (Worldgrid). Les salariés du groupe sont également dans l'expectative des résultats de la reprise et de l'impact sur l'emploi.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Des JO 2024 sous haute surveillance

Des JO 2024 sous haute surveillance

Dans moins de six mois s'ouvriront les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 d'été à Paris dans un contexte international très tendu, bien plus que pour les précédentes éditions....

Les meilleures alternatives à VMware

Les meilleures alternatives à VMware

Beaucoup d'informations et d'annonces sont venues perturber les DSI, les opérateurs IT et les partenaires de VMware depuis son rachat par Broadcom. Pour certains d'entre eux,...

Publicité