Qualcomm refuse la proposition de rachat de Broadcom

Pour Steve Mollenkopf, CEO de Qualcomm, aucune autre entreprise n’est mieux placée que la sienne dans l’industrie des semi-conducteurs pour la mobilité, l’IoT et le réseau. (crédit : D.R.)

Pour Steve Mollenkopf, CEO de Qualcomm, aucune autre entreprise n’est mieux placée que la sienne dans l’industrie des semi-conducteurs pour la mobilité, l’IoT et le réseau. (crédit : D.R.)

Pas assez élevé. Le montant de 130 Md$ proposé par Broadcom pour s'offrir Qualcomm ne valorise pas le spécialiste des technologies mobiles à sa juste valeur. Son conseil d'administration rejette à l'unanimité la proposition « non sollicitée ».


L'offre de rachat faite à Qualcomm par Broadcom sous-évalue significativement la valeur de la société. C'est ce qu'estime, à l'unanimité, le conseil d'administration du spécialiste californine des technologies mobiles, ainsi que l'indique Paul Jacobs, chairman exécutif de Qualcomm dans un communiqué. Le fournisseur de semi-conducteurs Broadcom est pourtant monté jusqu'à 70 dollars par action (60$ en numéraire et 10$ en actions) ce qui, selon lui, valorise la transaction à 130 Md$ en incluant 25 Md$ de dette nette liée à l'acquisition en cours de NXP.

Depuis l'annonce de cette proposition « non sollicitée », le 6 novembre dernier, le cours de l'action Qualcomm a grimpé autour de 66,30 $ (elle oscillait entre 52 et 55 $ en octobre). Selon l'analyste financier Christopher Rolland, du groupe Susquehanna spécialisé dans l'industrie des semi-conducteurs, le « bon prix » pour l'action Qualcomm se situerait entre 80 et 85 $ et Broadcom pourrait monter jusqu'à 90 $, a -t-il indiqué à l'agence de presse Reuters.

Transition vers la 5G en ligne de mire « Aucune autre entreprise n'est mieux positionnée dans l'industrie des semi-conducteurs pour les mobiles, l'IoT, l'automobile, les équipements situés en bout de réseau et le réseau », déclare de son côté Steve Mollenkopf, CEO de la société. « Nous avons confiance en notre capacité de créer une valeur additionnelle significative pour nos actionnaires alors que nous poursuivons notre croissance sur ces segments attractifs et menons la transition vers la 5G », affirme-t-il.

En dehors de sous-estimer « considérablement » la valeur de Qualcomm, la proposition de Broadcom comporte des incertitudes du côté de l'approbation de la transaction par les autorités de régulation. Pour Tom Horton, président de Qualcomm, la stratégie menée par Steve Mollenkopf et son équipe apporte une valeur bien supérieure aux actionnaires que l'offre d'acquisition qui a été faite.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

SD-WAN : un marché bouillonnant

SD-WAN : un marché bouillonnant

Les réseaux MPLS, longtemps et toujours utilisés pour interconnecter les différents sites de l'entreprise, doivent aujourd'hui cohabiter avec la technologie SD-WAN qui agrège tout...

Publicité