ROS participation rachète le concessionnaire multimarques DBS

« En 2019, nous avons créé une équipe de quatre personnes directement rattachées au groupe. Elle est chargée de porter une offre de transformation digitale qui va au-delà de l'impression », indique Olivier Bourbonneux, le DG du Groupe ROS. Crédit photo : D.R.

« En 2019, nous avons créé une équipe de quatre personnes directement rattachées au groupe. Elle est chargée de porter une offre de transformation digitale qui va au-delà de l'impression », indique Olivier Bourbonneux, le DG du Groupe ROS. Crédit photo : D.R.

Le nordiste DBS est le premier revendeur bureautique non affilié à Xerox que rachète le Groupe ROS. L'entité est par ailleurs multimarque et effectue donc sa propre maintenance, un service que n'a pas eu à développer l'acquéreur jusqu'ici.

Depuis sa création en 2006, le groupe ROS a racheté 17 entreprises. La dernière en date est la société DBS, un concessionnaire bureautique basé à Templemars, au sud de Lille. Portant à 19 le nombre de filiales de l'acquéreur, elle compte treize salariés (contre 215 pour le groupe) et revendique un parc de 1600 machines placées chez 700 clients. L'an dernier, son chiffre d'affaires a atteint 2,6 M€ sous la houlette de son dirigeant, David Doutrelong. Celui-ci reste dans la structure en tant que directeur des opérations. Le groupe ROS était déjà présent au nord de la capitale des Flandres à travers son agence de Saint André Lez Lille. Les deux structures n'ont pas vocation à être fusionnées.

Le multimarque devient un des axes stratégiques du groupe

Pour le groupe ROS, l'acquisition de DBS a quelque chose d'inédit. C'est la première fois qu'il rachète une entreprise multimarque et qui propose ses propres services de maintenance. Qui plus est, celle-ci dernière commercialise les matériels Sharp et Lexmark, quand son nouveau propriétaire se focalise depuis toujours sur les produits Xerox. Il faut dire que le constructeur impose une exclusivité contractuelle à ses concessionnaires. Consulté, il a néanmoins donné son aval au rachat, d'autant que DBS ajoutera ses produits à son catalogue. Pour créer une étanchéité entre DBS et le reste de ses activités dans la bureautique, le groupe a créé une holding spécifique. « Elle accueillera toutes les sociétés multimarques que nous avons l'intention d'acquérir », confirme Olivier Bourbonneux, le directeur général du Groupe ROS. Autrement dit, le rachat de revendeurs bureautiques du profil de DBS est devenu un des axes de développement du groupe.

Pour autant, la croissance externe n'est pas le seul biais par lequel le Groupe ROS veut faire croître son activité dans la vente de copieurs. D'une part, parce que le groupe peut décider de s'implanter ex-nihilo sur un territoire, mais aussi parce qu'il mise sur le développement des ventes croisées autour de ces matériels. « En 2019, nous avons créé une équipe de quatre personnes directement rattachées au groupe. Elle est chargée de porter une offre de transformation digitale qui va au-delà de l'impression », indique Olivier Bourbonneux. L'équipe en question appuie les 14 sociétés du groupe autour de la vente des solutions Zeendoc (GED), Resopost (courrier) et Box2cloud. Cette dernière est une offre maison, initialement dédiée à la sauvegarde, dont les fonctions ont été étendues par la suite au partage sécurisé ou encore au travail à distance (VPN).

L'IT et les télécoms assurent 30% du CA

En 2019, le groupe ROS a dégagé 72 M€ de CA (+10%), dont 70% sont issus de son activité de bureauticien. Le reste provient en grande partie de ses activités sur le marché de l'IT, où il est entré en rachetant Respoprint (2009). En développement depuis 2014, sa branche télécoms ne contribue encore que faiblement à ses facturations. « L'objectif de 2020 est de développer ces activités. Pour la branche télécoms, nous avons missionné un expert depuis novembre qui travaille dans ce sens. Cette activité est encore récente au sein du groupe mais son potentiel est important. Toutes activités confondues nous avons 10 000 clients qui peuvent profiter de ses services », estime le directeur général.

Ajouter un commentaire
0
Commentaires

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

SD-WAN : un marché bouillonnant

SD-WAN : un marché bouillonnant

Les réseaux MPLS, longtemps et toujours utilisés pour interconnecter les différents sites de l'entreprise, doivent aujourd'hui cohabiter avec la technologie SD-WAN qui agrège tout...

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

La sauvegarde à l'heure du cloud hybride

Le basculement en faveur des architectures cloud est une tendance forte, mais n'est pas synonyme de simplification. Il faut gérer la transformation et l'hybridation des systèmes...

Publicité