Manpower veut réaliser 400 ME de CA dans les services informatiques en France

Choc culturel ? Le géant américain du travail temporaire, Manpower, a racheté Proservia, SSII régionale exemplaire par son développement et sa politique sociale.  Un choix correspondant à une stratégie internationale du groupe américain qui la décline seulement maintenant en France.

Ancien d'Osiatis et d'IBM, devenu consultant, Alain Roumilhac a changé d'univers sans changer de métier. Désormais directeur général chez Manpower, il pilote les investissements de cette entreprise dans les services informatiques, en France et en Europe du sud.

La politique de Manpower dans les services informatiques remonte à une dizaine d'années. Le groupe  a racheté Elan IT en Grande-Bretagne puis Comsys aux Etats-Unis. Aujourd'hui, les services informatiques représentent 15% des 20 milliards de dollars de chiffre d'affaire mondial du groupe. En France, où Manpower réalise 4 milliards d'euros de CA, il souhaite en réaliser 10% dans les services informatiques, donc 400 millions d'euros.

En France, toutefois, le contexte est un peu particulier en termes de législation sociale. En Grande-Bretagne, le statut de free lance fait flores. Aux Etats-Unis, on trouve celui de « contractor », avec lequel on engage pour la durée d'un chantier. Il n'a jamais pu être adapté en France, où le CDI est incontournable. Les services informatiques ne s'exercent qu'en CDI et donc par des SSII. Pour venir dans ce métier, Manpower était ainsi obligée d'investir dans des SSII. C'est la thèse avancée par Alain Roumilhac, d'abord comme consultant externe puis comme directeur général.

Deux axes de développement

Manpower a défini deux axes de développement dans les services informatiques. D'abord fournir des compétences sous forme de recrutement ou d'assistance technique. C'est la filiale Experis qui s'en occupe. Ensuite, proposer de l'infogérance sans s'appuyer sur des infrastructures ou des fermes de serveurs. C'est la vocation de Manpower group solutions, Proservia  sera dans cette entité.

Cette société qui conserve son nom et son siège près de Nantes devrait réaliser 60 ME cette année, la filiale française d'Elan Informatique sera autour de trente, Manpower est déjà pratiquement à 100 ME de CA. Un autre rachat devrait intervenir en fin d'année. Manpower se montre confiant d'autant, note Alain Roumilhac que « le marché vit une pénurie de ressources dans les services informatiques ».

 

Proservia : l'exception sociale

Manpower entend bien maintenir les caractéristiques de Proservia en matière sociale. En particulier deux exceptions. D'abord, Proservia a mis en place un contrat « première chance ». Il s'agit de donner des formations informatiques à des jeunes Bac ou Bac +2 et de leur proposer un engagement salarial.

Ensuite, Proservia a créé le contrat « nouvelle orientation » pour les seniors. Ceux qui ont des compétences obsolètes. Or, certains clients ont toujours besoin de compétences, certes anciennes mais encore utiles, notamment dans les grands systèmes. Le plus simple est de former des seniors à l'avenir compromis, les jeunes ne voulant pas s'engager dans de telles compétences.

s'abonner
aux newsletters

suivez-nous

Publicité

Derniers Dossiers

Des JO 2024 sous haute surveillance

Des JO 2024 sous haute surveillance

Dans moins de six mois s'ouvriront les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 d'été à Paris dans un contexte international très tendu, bien plus que pour les précédentes éditions....

Les meilleures alternatives à VMware

Les meilleures alternatives à VMware

Beaucoup d'informations et d'annonces sont venues perturber les DSI, les opérateurs IT et les partenaires de VMware depuis son rachat par Broadcom. Pour certains d'entre eux,...

Publicité